Analyses
Crise Sanitaire
La gestion autoritaire de la crise sanitaire ou l'effondrement de l'Occident Abonnés

OPINION. Pour notre abonné, le message d’Emmanuel Macron du 12 juillet fracture le pays et le plonge dans une parenthèse autoritaire qui ébranle les fondements du vivre-ensemble républicain. Au-delà de la question sanitaire, c’est le mode même de développement de l’Occident qui semble être en cause. Comment en est-on arrivé là ? Que faire ?

La gestion autoritaire de la crise sanitaire ou l'effondrement de l'Occident

L’allocution d’Emmanuel Macron marque le passage en force et l’incapacité à répondre aux questions complètement légitimes que des millions de Français se posent. Comment faire confiance à un vaccin utilisant une nouvelle technologie en phase de test, dont les effets secondaires ne seront pleinement connus qu’à échéance de deux ans ? Un sérum proposé, de surcroît, par une industrie condamnée par la justice à des centaines de reprises (71 condamnations et 4,684 milliards d’amendes rien que pour Pfizer en 20 ans) et qui, en l’occurrence, s’est déchargée de toute responsabilité sur l’État ? Qui semble, elle-même, n’avoir pas confiance dans son produit ? Emmanuel Macron demande de faire confiance à des multirécidivistes qui, dans le cas présent, ont obtenu l’assurance qu’ils ne pourraient pas être condamnés. Des entreprises qui n’assument pas la responsabilité de leurs produits et de leurs actes.

Y a-t-il besoin d’aller plus loin ? Allons-y. Comment se fait-il que les gouvernements donnent leur feu vert à un vaccin encore en phase de test alors que l’hydroxychloroquine, médicament aux effets secondaires archi connus et en vente libre depuis 50 ans, a été soudain — et avec quelle férocité — interdite de prescription, faute « d’essais randomisés en double aveugle » ? Comment accepter ce deux poids deux mesures ? Comment faire confiance à des personnes qui ont fait et continuent de faire interdire les traitements bon marché disponibles (hydroxychloroquine, ivermectine…) ? Les mêmes personnes qui, d’ailleurs, ont aussi déclaré à deux mois d’intervalle avec la même docte assurance, d’abord que les masques ne servaient à rien, puis qu’ils étaient indispensables, sans faire le moindre mea-culpa ?

Comment faire confiance à des dirigeants qui maintiennent au dit Conseil scientifique des personnes à l’incompétence avérée et en liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique, et donc en conflit d’intérêts avec leur mission...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Europe