Région
Social
Mépris d’une municipalité étiquetée à gauche pour ses employés les plus mal payés Abonnés

OPINION. Le mépris de la mairie de Montpellier envers ses agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles de Montpellier, qui manifestent contre la réforme des 1.607 heures de travail annuel, montre que même au niveau local, une certaine gauche a oublié le lien avec le peuple.

Mépris d’une municipalité étiquetée à gauche pour ses employés les plus mal payés

L'application à la rentrée de septembre de la réforme des 1.607 heures de travail annuel ne passe pas chez les Atsem à Montpellier (Hérault). Un dialogue de sourds s'installe entre syndicats et municipalité avec une nouvelle démonstration ce lundi matin.

Le mardi 22 juin à Montpellier, cinq cents agents de la mairie incluant notamment des personnels des écoles maternelles, qui sont Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM), les dames qui font le métier le plus mal payé et certainement le plus dur dans les écoles, se sont réunis en signe de protestation devant la mairie.

En effet, la loi Dussopt du 6 août 2019 prévoit le passage à un service statutaire de 1607 heures annuelles travaillées par an dans les collectivités territoriales à partir de 2022. Un peu partout, cette loi est saisie par les exécutifs locaux pour remettre en cause les accords datant d’avant 2001. Ainsi, c’est parfois la fin des aménagements pour des postes pénibles, de nuit ou le week-end, parfois une dégradation des conditions de travail avec des économies d’emplois. Sur Montpellier, les ATSEM vont devoir remplacer les vacataires animateurs des activités périscolaires. Ceci fait également suite au vote par le conseil municipal en février dernier, de la remise en cause insidieuse du droit de grève pour les agents territoriaux, en obligeant au passage les animateurs à se déclarer grévistes la journée entière, au lieu d’un décompte en demi-journée auparavant. D’un côté : on congratule les agents pour leur dévouement durant l’épidémie, de l’autre, on augmente leur temps de travail, on remet en cause leur droit de grève, on passe en force.

C’est dans ce contexte que les agents territoriaux sont descendus dans la rue face à la mairie. Ceux-ci ont trouvé, fait inhabituel, les portes de la mairie fermées et des grilles posées. Quand ils...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter