International
Allemagne
Angela Merkel : mère sans pitié d’une Allemagne pleine de pauvres Abonnés

OPINION. À un mois des élections générales, notre contributeur résidant à Berlin revient sur la situation économique allemande et le bilan de sa chancelière, qui quitte son mandat après 16 ans au pouvoir.

Angela Merkel : mère sans pitié d’une Allemagne pleine de pauvres

Depuis 20 ans, l’Allemagne fustige les chômeurs et les pauvres. Les réformes Hartz 1-4, inspirées par Franz-Walter Steinmeier, actuel président de la République allemande, à Gerhard Schröder, alors chancelier SPD, et Joschka Fischer, vice chancelier Vert, ont été notamment mises en œuvre par Olaf Scholz, secrétaire général du SPD, chargé de « tenir le parti » au moment du vote de l’agenda 2010, puis ministre du Travail de la grande coalition avec Angela Merkel. Le dernier sondage d’août 2021, à un mois de l’élection, voit Olaf Scholz comme probable futur chancelier.

Angela Merkel a toujours rendu un hommage appuyé à ces réformes du marché du travail, qui d’ailleurs ne touchaient ni à la représentation syndicale, ni au CDI, mais à l’indemnité du chômage. 5 millions d’Allemands en âge d’être actifs sont passés suite aux réformes au statut de récipiendaire du minimum social Hartz 4. Selon les théories du marché du travail néolibéral, ils ont choisi leur condition, c’est de leur faute s’ils ne sont pas en emploi. Alors on les contrôle, alors on les punit. Hartz 4 s’accompagne d’une batterie de contrôles et de règles privant les 5 millions des plus modestes de leur liberté sur des décisions les plus intimes : logement, se marier ou non, avoir un enfant ou non, leur vie est depuis 15 ans sous tutelle. Ce système de contrôle et de punition — rappelons qu’une jeune femme fut sanctionnée d’avoir refusé de travailler dans un bordel, rappelons que le degré de désespoir des récipiendaires et l’absence de salaire minimum vit l’Allemagne offrir des salaires à 1,5 euro de l’heure — est bien sûr inefficace quant à la réinsertion professionnelle : sur 5 millions de personnes sous le régime en Harz 4 en 2008, plus du quart y étaient toujours en 2018, et l’on a toujours...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Europe