Région
banlieues
À Marseille, face aux tirs de kalachnikov, Macron dégaine ses milliards Abonnés

OPINION. Lors de sa visite dans la cité phocéenne en proie à une situation sécuritaire explosive, le chef de l’État a annoncé sortir le chéquier. Mais en réalité, ce n’est pas cette opération de communication aux allures de campagne électorale qui va améliorer la situation des policiers.

À Marseille, face aux tirs de kalachnikov, Macron dégaine ses milliards

Emmanuel Macron a récemment effectué une visite officielle de trois jours dans la cité phocéenne. Fait rare pour un déplacement présidentiel par sa durée, ce sont également des circonstances exceptionnelles qui ont motivé ce voyage hors normes. En effet, sur fond de règlements de comptes successifs et d’explosion de la criminalité dans la deuxième ville de France, le chef de l’État a jugé utile de se montrer auprès des habitants, des élus et des policiers, lesquels sont en contact quotidien avec un phénomène désormais incontrôlable.

Pour autant, il ne faut pas être dupe. Cette visite du « président presque déjà candidat », qui intervient à seulement quelques mois d’une élection majeure prévue pour le printemps prochain, n’était bien évidemment pas dénuée d’arrière-pensées. Et comme d’habitude, Macron a fait du Macron ! Entre une intervention devant un parterre « d’emplumés » empruntant à la comédie musicale « Singin' in the Rain », et une autre auprès d’enfants sur le modèle d’un « flic à la maternelle », l’actuel locataire de l’Élysée a déroulé un show auquel les Français sont désormais habitués.

Mais au-delà de la forme, c’est le fond qui interroge aujourd’hui non seulement les Marseillais, mais la France tout entière. La situation sécuritaire à Marseille est catastrophique. Et ce n’est pas nouveau. Cet état de fait est la conséquence d’une gestion défectueuse et déliquescente qui dure depuis des décennies, et qui est le fait de l’ensemble des personnels et des partis politiques qui ont successivement gouverné cette ville. Entre corruption, compromission et incompétence, les élus et les responsables locaux ont peu à peu perdu le contrôle d’une situation qui s’avère maintenant ingérable. Mais soyons honnêtes : cette réalité n’est pas l’apanage de Marseille. Nombre de métropoles, villes et villages du territoire national sont concernés par cette flambée de la délinquance,...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter