Menu
Analyses
Crise Sanitaire
Pédagogie de la vérité et pédagogie de l’erreur Abonnés

OPINION. En temps de pandémie ou non, l’exécutif n’a que le mot de « pédagogie » à la bouche lorsqu’il s’agit de faire avaler des mesures à un peuple réticent. Au-delà de l’aspect un brin méprisant, ce terme révèle surtout une propension pour le pouvoir à ne jamais se remettre en question.

Pédagogie de la vérité et pédagogie de l’erreur

Si l’on créait le prix des mots les plus utilisés de l’année, l’excellence serait sans doute attribuée à « variant », ex aequo avec « virus ». Mais le mot « pédagogie » arriverait ensuite. Politiques du camp du bien, éditorialistes bien-pensants et médecins éclairés (furent-ils néphrologues) n’ont que ce mot à la bouche : il faut faire de la pédagogie, on souffre d’en manquer, et il en faut bien davantage ; mieux que les variants (delta ou epsilon), la pédagogie est à la fois l’alpha et l'oméga de la stratégie sanitaire ainsi sanctuarisée.

Si l’on accepte la définition la plus banale et la plus large, la pédagogie est l’art d’enseigner. On ne fait donc de la pédagogie que dans le temps où l’on se forme à cet art. Ridicule serait le pédagogue qui revendiquerait faire de la pédagogie, plutôt que de mettre en œuvre ses méthodes, tout comme le romancier qui se vanterait de faire de la prose, plutôt que d’écrire son histoire. Si le matheux ne sait pas ce que sont les maths, et si le pédagogue ne sait pas un peu le sens des mots, que peut-on espérer ? Quoi qu’il en soit, la pédagogie a pour support et pour cadre un rapport hiérarchique : autorité de l’enseignant sur l’enfant (vilipendée dans l’école, mais encensée dans la vie politique), ou, au moins, inégalité entre le sachant et l’apprenant. C’est dire que pédagogie rime mal avec égalité.

On approche de ce qui intéresse les laudateurs de cette pédagogie : ceux qui doivent se convaincre écoutent ceux qui détiennent une vérité. Et la pédagogie admet la sanction, le passage au coin, avec ou sans bonnet d’âne, ou la retenue. Elle s’accompagne parfois de la moquerie. Celui qui ne veut pas apprendre, comme celui qui a mal compris ou mal retenu, s’y expose. Le « devoir » dont on nous parle tant (autre mot-valise) est d’abord une obligation d’être convaincu, ou de faire semblant de l’être, en tout cas d’obéir, pas seulement à la loi (qui désigne souvent la moindre circulaire), mais aussi aux oracles successifs (qui sont des divinations si elles viennent de l’Élysée).

C’est dire que pédagogie s’accorde mal avec démocratie. L’art pédagogique et, plus encore, l’efficacité de ses pratiquants, nécessitent d’abord l’existence et la maîtrise d’un savoir, si possible d’un savoir validé par une certaine stabilité et un certain consensus. Les vérités successives, les consignes dont il est prudent d’attendre le démenti, ne peuvent être impunément accumulées par le pédagogue. Un minimum de savoir, un zeste de crédibilité, pas trop d’erreurs ou d’invraisemblances, c’est le minimum que l’on peut espérer du décideur ou du pédagogue (en deux personnes ou en une seule).

Pour sourire (et se faire peur), voyons l’affirmation récente d’une haute autorité déclarant que le variant delta est 50 fois plus contagieux que le variant anglais, lui-même 50 fois plus contagieux que le chinois… Donc, une multiplication par 2500… c’est beaucoup, et si c’est vrai, nous sommes peut-être déjà tous condamnés. On n’invente rien : la présidente de la Haute autorité de santé fait cette déclaration le 2 juillet, chez Bourdin Direct (RFM-RMC). L’on disait alors que le variant delta était 1,5 plus contagieux (50 % en plus) que le précédent (certains ont revu l’estimation à la hausse, jusqu’à trois fois plus). Il semble que cette savante personne a donc simplement confondu multiplication par 1,5 ou par 50 (puis par 2,25 ou par 2500), se trompant en tout cas dans un rapport de plus de 1 à 1000. Jamais elle n’a corrigé ce qui lui aurait valu d’échouer au bac (voire au brevet), même cette année — et l’infectiologue Bourdin n’y a vu que du feu. Si cette personne n’était qu’un modeste agent public, ou un pauvre littéraire, on se limiterait au constat que, pour de bon, le niveau baisse. Mais cette sommité officielle contribue à valider ou à définir les prévisions ou les préconisations gouvernementales, ou pour le moins à les expliquer, avec pédagogie bien sûr.

commentaireCommenter