Analyses
Wokisme
Autodafé de livres au Canada : quelle réconciliation ? Abonnés

OPINION. Alors que Michel Onfray vient de publier Autodafés, son dernier livre, le réel vient donner démonstration que l’époque est aux grands bûchers. Que fonder de constructif là où les cendres remplacent le débat ? Céline Pina nous rappelle que les bonnes intentions pavent l’enfer.

Autodafé de livres au Canada : quelle réconciliation ?

Au Canada, une institution scolaire a décidé de réaliser de grands autodafés de livres considérés comme rabaissants envers les Amérindiens et les a mis fièrement sur internet afin d'exhiber sa vertu et son antiracisme. C'est le cas notamment d'Astérix et les Indiens ou de certains albums de Lucky-Luke. Le fait même d'utiliser le vocable "peau rouge" dans un ouvrage suffit à le vouer au bûcher. Le délire woke montre ici son revers fascisant : quand un ouvrage le contrarie, il le brûle. Une illustration de plus d'un mouvement qui veut incarner le bien et qui illustre de plus en plus l'adage, "qui veut faire l'ange fait la bête".

Le fait de brûler des livres est d'autant plus choquant que cette pratique fait référence dans notre histoire récente à l'Allemagne nazie qui brûlait dans des cérémonies officielles et collectives, les ouvrages d'auteurs jugés "dégénérés". Heinrich Heine disait à juste titre que l'on "commence par brûler des livres et on finit par brûler des hommes". En tout cas, cette démarche a toujours été effectuée dans le but d'intimider, de faire peur et d'utiliser cette forme de violence symbolique pour rallier un large public à ses idées. L'acte portant en lui la volonté d'éradiquer symboliquement les auteurs ou une forme de culture qui leur est rattachée, il indique en creux à quelle idéologie il faut se soumettre pour éviter de gros ennuis.

Ce geste, qui vise à désigner des coupables qui ne méritent que le bûcher, est présenté comme un acte de réconciliation avec les "autochtones". Mais venant d'une institution catholique, il est en fait d'une hypocrisie sans nom. Les livres visés ne sont pas l'œuvre d'auteurs canadiens ou d'ailleurs ayant cautionné une politique raciale violente qui a amené à ce que des milliers d'enfants indiens au Canada soient arrachées à leurs parents...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter