Menu
Nation
Nucléaire
ASTRID, ou quand l’État sacrifie la recherche sur le nucléaire Abonnés

ARTICLE.  Un rapport présenté à « l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques » met en avant la défaillance de l’État dans le dossier ASTRID. Sans raison convaincante, le gouvernement a opté pour l’arrêt du programme en 2019. Une décision faite en catamini et aussi dommageable pour la France que pour la filière…

ASTRID, ou quand l’État sacrifie la recherche sur le nucléaire

La filière nucléaire est en péril. C’est ce qui ressort du rapport d’une centaine de pages présenté le 8 juillet dernier à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques. Le texte — publié ce lundi 13 septembre — des deux rapporteurs du rapport, le député Thomas Gassilloud (LREM) et le sénateur Stéphane Piednoir (LR) fustige l’arrêt du programme ASTRID, destiné à produire les réacteurs nucléaires de quatrième génération.

Au-delà de cette décision discutable, pour les deux parlementaires c’est aussi la manière qui pêche. Il y a tout d’abord eu cette décision prise en par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) dès 2017, de « diviser par 4 la puissance du futur prototype ASTRID », ce qui « revenait à repartir...

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».