Nation
Débat
Le prénom fait-il le Français ? Abonnés

DÉBAT. En plaidant pour interdire les prénoms « non-français » du territoire national, le polémiste Éric Zemmour a soulevé une question particulièrement clivante. Le prénom fait-il véritablement le Français ? C’est le débat de ce mercredi.

Le prénom fait-il le Français ?


En promotion pour son livre La France n’a pas dit son dernier mot, en date du 11 septembre dernier, le journaliste (toujours non-candidat) Éric Zemmour a plaidé pour la limitation du choix des prénoms. En sortant la carte de l’assimilation, conformément à son ambition de « refaire des Français » comme expliqué au micro de RTL, la controverse aura le mérite de relancer le débat sur une question profondément politique. Le prénom fait-il le Français ?

Mise au point historique

Éric Zemmour fait directement référence au premier article de la loi du 11 germinal de l’an XI (1er avril 1803), relative aux prénoms et changements de nom. Elle avait établi que les prénoms acceptés à l’état civil seraient « les noms en usage dans les différents calendriers, et ceux des personnages connus de lhistoire ancienne […] » interdisant alors « aux officiels publics den admettre aucun autre dans leurs actes ».

À noter qu’en 1966, une circulaire du ministère de la Justice avait déjà assoupli cette loi de 1803, permettant l’admission de prénoms coraniques - tout en conseillant d’adjoindre un prénom français afin de « permettre ultérieurement une meilleure assimilation ». Loi qui fut abrogée en 1993, le code civil modifié, dans la perceptive d’offrir « une plus large liberté » dans le choix des prénoms.

Aujourd'hui en France, les parents ne sont dans les faits que très peu limités dans leurs choix. « Il n'y a pas de liste de prénoms autorisés », précise le site gouvernemental Vie Publique, soulignant que « les parents peuvent choisir un prénom déjà utilisé ou créer un nouveau prénom », mais aussi « choisir les prénoms connus étrangers ou certains diminutifs » à leur guise. Seules quelques règles sont à respecter au demeurant, au premier rang desquelles il s’agit de s’assurer que « ...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 15 septembre 2021
commentaireCommenter