International
Tribune
Georges Kuzmanovic: "Les États-Unis, encore une fois, humilient la France. Il est temps de riposter" Abonnés

TRIBUNE. L'abandon du "contrat du siècle" entre le français Naval Group et le gouvernement australien, au profit des États-Unis et du Royaume-Uni, a fait l'effet d'un coup de poignard au quai d'Orsay. Georges Kuzmanovic, président de République Souveraine et candidat aux prochaines présidentielles, appelle à mettre fin à la naïveté géopolitique... et à enfin riposter.

Georges Kuzmanovic: "Les États-Unis, encore une fois, humilient la France. Il est temps de riposter"


La nouvelle est tombée comme la foudre : Naval Group, dont les arsenaux historiques ont été fondés par Richelieu, perd l'historique et colossal contrat de 56 milliards d’euros relatif à la vente à l’Australie de douze sous-marins à propulsion conventionnelle de classe Attack. C’est un coup dur pour l’industrie navale française, même s’il est vrai que le projet vendu à l’Australie par Naval Group était bancal : il s’agissait de vendre des sous-marins conventionnels à partir d’un modèle de sous-marins nucléaires, le contrat dérapait, et le risque de pénalités de retard très lourdes était réel.

Mais la raison de cet échec est bien plus profonde. Elle illustre le manque de vision stratégique industrielle au sommet de l’Etat et l’incapacité des gouvernants à défendre les intérêts de la France dans un contexte international où seuls les naïfs peuvent encore croire que nos partenaires de l’OTAN ou de l’Union européenne auraient des égards à notre encontre.

Alors que le contrat Naval Group-Australie était annulé, on apprenait que les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et l’Australie concluaient un accord trilatéral stratégique, appelé AUKUS, dans la zone indo-pacifique, conforme au redéploiement stratégique des forces armées étasuniennes dans cette partie du monde pour contrer l’influence grandissante d'une Chine menaçant son hégémonie. Et ce partenariat s’accompagne... de la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à l’Australie.

Tout cela est annoncé en visioconférence, dans une bonne humeur tout anglo-saxonne, par le Premier ministre australien Scott Morrison, le Premier ministre britannique Boris Johnson et Joe Biden. Ce dernier, présidant l’événement à la Maison blanche, s'autorise une ultime humiliation envers la France en déclarant qu'elle est importante pour la sécurité dans le Pacifique. Encore une fois, on voit confirmé le célèbre adage du général de Gaulle selon lequel les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts. Il serait temps...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter