Menu
Nation
Zemmour
Zemmour et le CSA : la peur d’une élite déconnectée ? Abonnés

OPINION. La semaine dernière, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a décidé de décompter le temps de parole d’Éric Zemmour, actant unilatéralement sa candidature. Pour notre lecteur, cette décision montre une crispation du système qui n’arrive plus à penser le réel.

Zemmour et le CSA : la peur d’une élite déconnectée ?


Depuis deux ans, je suivais les commentaires (quoi qu’on en pense) d’Éric Zemmour dans son émission sur CNews. Et comme pour des centaines de milliers de Français, il y avait là une parole libre et fondée sur une culture littéraire et historique, originale et éloignée complètement de ces médias et journalistes à la langue de bois, défendant leur confort et leurs intérêts personnels, insultant, prononçant des anathèmes contre toute parole indépendante… Bref, une parole intelligente !

Quarante ans d’imposture de cette classe politique, médiatique, artistique, méprisant le peuple ; un socialisme de Mitterrand qui n’était qu’un mondialisme et un européisme contre le peuple ; une France méprisée ; un référendum de 2005 jeté à la poubelle ; des Gilets jaunes criminalisés, blessés, emprisonnés à l’emporte-pièce et insultés par les médias et artistes du showbiz ; l’abstention qui n’est que le rejet total de ces politiciens obsédés par leurs intérêts relayés par le système médiatique et accumulant mensonge sur mensonge dans un déni total de la réalité où d’authentiques citoyens français vivent chaque jour durement…

Il suffit de voir quand on vit dans la vraie vie que ce que dit Éric Zemmour est un constat de vérité implacable. Et ailleurs, lamentablement des commentateurs insultants, martèlent des panégyriques de la pensée unique, du politiquement correct et vouent aux gémonies tout mot venu, surgi, nourri du monde vécu. Seul contre toute cette clique médiatique, il met en avant le raisonnement et la pensée puisés dans les livres. Il y avait pendant ses interventions une respiration démocratique : enfin quelqu’un qui régulièrement pouvait s’exprimer librement ! Quelque chose d’inexistant dans les médias français. Et bien on a supprimé sa participation régulière sur des motifs décidés en haut lieu. Tous ces gens des médias vivent à genoux dans des courbettes devant les discours ambiants propices aux pièces sonnantes et trébuchantes.

À présent, de nombreux téléspectateurs sont orphelins, car ce n’est plus la même émission. Quoi qu’on pense d’Éric Zemmour, cette décision est anti-démocratique, anti-peuple comme d’habitude. Et que prépare-t-on en coulisse pour abattre définitivement (après des condamnations fallacieuses d’une justice aux ordres), ce cheminement de liberté ? Le peuple de France se meurt dans une démocratie illibérale vouée à l’argent, aux hommes d’affaires et aux banquiers, politiciens cupides sans culture, sans foi ni loi. Pourrons-nous en sortir un jour alors que le peuple souverain de France n’a plus de souveraineté ? Zemmour et sa liberté d’expression, jusqu’à quand… « Formule de mon bonheur : un oui, un non, une ligne droite, un but… » Nietzsche

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».