Menu
Nation
harcèlement scolaire
#Anti2010 : les réseaux sociaux devraient-ils être interdits aux plus jeunes ? Abonnés

ARTICLE. Depuis quelques jours, une tendance fait fureur sur les réseaux sociaux : le mot-dièse #Anti2010, qui fait écho au harcèlement collectif qui frappe chaque année les élèves de 6e. Mais la promotion de ce phénomène via TikTok ou Snapchat interroge. Pourquoi les plus jeunes accèdent-ils à ces plateformes qui leur sont légalement interdites ?

#Anti2010 : les réseaux sociaux devraient-ils être interdits aux plus jeunes ?


Une vague de harcèlement collectif sévit en cette rentrée scolaire 2021. Les enfants nés en 2010 et qui rentrent en 6e cette année subissent de nombreuses moqueries ou insultes sur les réseaux sociaux. Le mot-dièse initié à l’occasion, #Anti2010, est un carton médiatique et, d’après BFMTV, cumulerait 40 millions de vues sur les différentes plateformes en ligne. À l’origine du triste phénomène, un jeu en ligne, Fortnite, et une chanson « à succès », Pop it mania.

Si elles ne constatent pas de hausse dramatique du nombre de cas de harcèlement individuel, les associations sont en alertes. D’après elles, que les enfants de 6e souffrent de ce genre de formes de bizutage serait malheureusement un phénomène “classique”, un fléau qui reviendrait chaque...

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».