Menu
Nation
Terrorisme
Salah Abdeslam ne regrette rien Abonnés

ARTICLE. « Vous ne subissez que les erreurs de vos dirigeants » explique Salah Abdeslam, principal accusé du « procès du siècle » ouvert le 8 septembre 2021. Le terroriste rationnalise ses actes, amalgame les autres musulmans à sa cause, défend ses complices et (ose) demande(r) aux victimes de « mettre leur colère de côté ». Retour sur ce qui a pu être dit à l'occasion du "procès du siècle".

Salah Abdeslam ne regrette rien


Dernier survivant des terroristes responsable des attentats du 13 novembre 2015 à Paris (130 victimes) et principal accusé du « procès du siècle », Salah Abdeslam maintient que ses actes ne visaient pas « personnellement » les victimes. Le 15 septembre 2021 il dit l’avoir fait pour des raisons politiques, corroborant malgré lui les thèses d’Éric Zemmour : « François Hollande a dit que nous avons combattu la France à cause de ses valeurs, mais c'est un mensonge ».

Le 20 septembre 2021, au cours de la troisième série d’audiences du procès, Salah Abdeslam déclare aussi que « dans le contexte actuel » il « ne peut pas condamner l’attaque », menée par ses « frères ». Pas le moindre regret à l’horizon.

L’homme préfère blâmer les « avions français...

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».