Nation
Débat
Zemmour face à Mélenchon : et Macron dans tout ça ? Abonnés

ARTICLE.  Hier, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon se sont affrontés lors d’un débat organisé par BFMTV. Le combat n’a pas dévié de ce que l’on attendait des deux bretteurs, qui sont restés sur leurs thèmes de prédilection. Présidentiables ? Cela reste à voir. Car il y a un grand absent de la soirée : Emmanuel Macron et son bilan n’ont presque jamais été cités…

Zemmour face à Mélenchon : et Macron dans tout ça ?


« Vous êtes un danger pour notre pays. Vous avez une vision rabougrie de la France. Vous êtes un raciste, condamné pour ça », lance, sans la moindre nuance, Jean-Luc Mélenchon à Éric Zemmour en guise d’introduction. « Mélenchon était jadis un républicain. Aujourd’hui, il court après les indigènes, il essaye de courir après les électeurs qu’il a encore », rétorque Éric Zemmour, avant de marteler que « Mélenchon a trahi Mélenchon ». Dans le théâtre de ce débat organisé hier soir par BFMTV devant quelque 3,8 millions de téléspectateurs, les piques ont fusé entre le candidat de la France Insoumise et celui qui pourrait bien être son concurrent dans quelques mois. Hormis quelques saillies verbales du même acabit, les deux hommes ont livré à une analyse attendue sur les grandes thématiques qu’ils se sont eux-mêmes choisies. D’un côté comme de l’autre, peu de prises de risque.

Duel convenu entre Zemmour et Mélenchon

Et c’est sans doute ce qui a rendu le débat quelque peu frustrant à suivre, malgré l’éloquence de ces deux « frères ennemis » cultivés. Rares sont les débats politiques qui mobilisent aussi bien Talleyrand et de Gaulle que Descartes, Bainville et Marx. Ceux qui suivent l’actualité politique ou l’émission Face à l’info de CNews n’ont pas dû être surpris par les propos tenus hier et par l’un et par l’autre. Chaque intervenant a su exprimer ses points forts sur ses thèmes de prédilection. Sans surprises, Zemmour a été offensif sur l’immigration, l’Islam et l’insécurité. « Nous sommes en guerre civile » a considéré le polémique, considérant également que « La délinquance est un djihad, une guerre de civilisation qui nous est menée ». Zemmour a chassé sur ses terres.

Sur l’Islam, le journaliste-(quasi)-candidat a restitué son argumentaire habituel. « L’islam est une religion politique par essence....

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 24 septembre 2021
commentaireCommenter