Menu
Analyses
Philosophie
"Philosophie politique" de Bruno Guigue : du Néolithique aux cités grecques Abonnés

ENTRETIEN. Chercheur en philosophie politique, Bruno Guigue publie Philosophie politique (éd. Delga), un ouvrage érudit avec un objectif clair, repenser historiquement et réadapter aux enjeux présents les grands concepts philosophiques : justice,  force,  liberté, ou encore politique et morale. Première partie de cet entretien-fleuve : naissance de l’ordre politique, des sociétés primitives aux cités grecques.

"Philosophie politique" de Bruno Guigue : du Néolithique aux cités grecques

Front populaire : Les penseurs modernes ont postulé l’état de nature pour mieux penser la société civile. Cet « état de nature » a-t-il réellement existé ?

Bruno Guigue : Non, l’état de nature est une fiction théorique. Les philosophes des XVIIe et XVIIIe  siècles inventent cet état primordial de l’humanité afin de promouvoir une certaine idée de l’homme. Ce n’est pas une description réaliste, mais un procédé analytique. Il s’agit de rendre compte des dispositions natives de l’homme, par exemple de sa propension à l’empathie, comme le fait Rousseau, ou de sa propension au conflit, comme le fait Hobbes. Chaque philosophe, en somme, prend parti dans ce débat anthropologique pour accréditer une conception de la société conforme à ce parti...

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».