Menu
Nation
BHL
La rentrée mouvementée de Bernard-Henri Lévy Abonnés

ARTICLE. Débouté lors du procès qui l’a opposé au média Blast, auteur d’un documentaire qui n’a réalisé que 2,4 % de parts d’audience le 12 septembre, Bernard-Henri Lévy a connu des rentrées plus faciles…

La rentrée mouvementée de Bernard-Henri Lévy


22 septembre 2021. Le media Blast publie un compte rendu du procès qui l’oppose au philosophe et homme d’influence germanopratin. Un article sur le ton du triomphe pour relayer une décision de justice en faveur du média de Denis Robert : Bernard-Henri Lévy se voit condamné à l’indemniser à hauteur de 3 000 euros, pour les « frais irrépétibles qu’ils ont dû exposer pour la défense de leur intérêt ». Un camouflet d’importance pour BHL et son avocat, Me Alain Jakubowicz.

Déconfiture judiciaire

Les deux hommes réclamaient 100 000 euros de dommages et intérêts et la dépublication de l’article « Qatar Connection : les documents qui visent Carla Bruni Sarkozy, BHL et Laurent Platini ». Le philosophe était notamment attaqué pour avoir, d’après l’article, reçu « un chèque certifié de 40 millions de riyals qataris (environ 9,1 millions d’euros, à la parité actuelle) », directement « sur ordre de l’émir ». Une prestation qui, rappelle Blast, n’« a rien d’illégal (…) ce que nous avions d’ailleurs soulevé à la barre pour souligner l’irrecevabilité de la plainte ».

Résultat des courses : la justice a considéré que « le passage » ne présentait pas « un caractère diffamatoire ». De fait, « le tribunal déboutera Bernard-Henri Lévy de l’ensemble de ses demandes ». L’article de Blast n’évoquait qu’un document et non un versement concret des Qataris sur le compte en banque de BHL. La justice a donc considéré « qu’à ce stade aucun fait n’est imputé à Bernard-Henri Lévy autre que l’insinuation qu’il ait pu recevoir de l’argent de la part d’un État étranger », rappelant que le Qatar entretient des « relations avec la France » et des « investissements (…) notoires »…

D’autant que pour le médiatique penseur, sa déconvenue judiciaire tombe mal. Car dans le même temps – hasard de calendrier – se répandaient les révélations quant aux juteux salaires et financements qu’il a pu percevoir pour son documentaire « Une autre idée du monde », diffusé sur France 5 le 12 septembre. À propos de ce documentaire, tiré de son ouvrage éponyme publié en mai, BHL écrivait : « Face à ces scènes, ces images de ce que l’homme peut faire de pire à l’homme, je réponds comme je l’ai toujours fait : écrire bien sûr, témoigner sans doute, mais d’abord… y aller ». Alors Bernard-Henri Lévy y est allé (au Nigéria, en Ukraine, en Somalie, en Grèce, au Bangladesh, au Kurdistan, en Libye, et en Afghanistan).

2,4 % de part d’audience pour son documentaire

Mais il n’a pas fait le chemin seul. France Télévisions a révélé au magazine Capital avoir financé le film à hauteur de 500 000 euros. La région Île-de-France a quant à elle contribué à hauteur de 80 000 euros. Le CNC (Centre national du cinéma) a également subventionné le film. Et BHL a touché 50 000 euros de la part de Madison Films, société productrice à qui il avait cédé sa propre maison de production Les films du Lendemainpour un euro symbolique – une manière de solder ses propres comptes, car la société était déficitaire. Une manière aussi de créer un lien privilégié avec une nouvelle entreprise pour produire ses documentaires que si peu de personnes regardent.

Le 12 septembre, “Une autre idée du monde”, s’il a su trouver un public de niche, n’a pourtant recueilli que 2,4 % de part d’audience. Soit presque autant à “Balade entre les tombes” sur NRJ12, trois fois moins que Zone Interdite et un peu plus de deux fois inférieure à “Le cercle rouge” sur Arte. Sale rentrée pour BHL qui, on n’en doute pas, saura se consoler. Quels que soient ses déboires, cela fait longtemps que le Tout-Paris ne lui en tient pas rigueur.

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».