Nation
santé publique
Malgré sa gestion du COVID, Agnès Buzyn se voit offrir un poste prestigieux à l’OMS Abonnés

ARTICLE. L’OMS a nommé Agnès Buzyn directrice exécutive de sa nouvelle académie, dont Emmanuel Macron a dirigé la cérémonie d’inauguration. L’ex-ministre de la Santé n’a pourtant pas brillé par sa gestion de la crise du COVID, début 2020…

Malgré sa gestion du COVID, Agnès Buzyn se voit offrir un poste prestigieux à l’OMS


« Je crois à la cordée, il y a des hommes et des femmes qui réussissent parce qu’ils ont des talents, je veux qu’on les célèbre ». Emmanuel Macron, octobre 2017. Ce lundi, c’est sous le regard bienveillant du président de la République qu’Agnès Buzyn — ancienne ministre de la Santé de mai 2017 à février 2020 — a été nommée directrice exécutive de la nouvelle académie de l’OMS basée à Lyon. Une structure dont l’objectif sera de former des millions d’agents de santé dans le monde.

La nomination d’Agnès Buzyn n’est pas (totalement) incompréhensible

Emmanuel Macron avait déjà annoncé en mai que la France investirait plus de 120 millions d’euros dans cette structure de formation qui a pour vocation de devenir la « référence en matière de santé publique » … mais sans évoquer le nom d’Agnès Buzyn. À ce stade, rien ne permet encore d’affirmer que l’ancienne ministre LREM ait été cooptée par son ancien mentor.

Par ailleurs, la nomination d’Agnès Buzyn à ce type de poste peut sembler compréhensible, tout comme elle pose question. Compréhensible, car la prédécesseur d’Olivier Véran appartient au monde de la santé. Elle est avant tout médecin hématologue, spécialisé dans les leucémies et les greffes de moelle. Elle a également été enseignant-chercheur et a enchaîné les postes au sein d’institutions publiques. Elle a notamment été présidente du conseil d’administration de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire entre 2008 et 2013, présidente de l’Institut national du cancer entre 2011 et 2016 ou bien encore présidente du collège de la Haute Autorité de santé en 2016 et 2017. Sa récente nomination pose néanmoins question.

« Risque faible », gestion du stock des masques, des erreurs qui ont coûté cher

Malgré ce CV élogieux, son parcours a connu une anicroche de taille, à savoir la...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Publié le 29 septembre 2021
commentaireCommenter