Europe
Industrie
La France accepte de délocaliser en Allemagne la production du moteur d’Ariane 6 Abonnés

ARTICLE. ArianeGroup a annoncé délocaliser la production du stratégique moteur Vinci de la fusée Ariane 6 en Bavière. Une conséquence d’un accord bilatéral entre la France et l’Allemagne qui va nuire au site industriel français de Vernon (Eure). 600 postes seront aussi supprimés par le groupe, pour faire face à la concurrence d’Elon Musk et de SpaceX.

La France accepte de délocaliser en Allemagne la production du moteur d’Ariane 6


« La France a plié face à l’Allemagne », résumait le syndicaliste CGT Pierre Giacomini pour RT France, en réaction à la décision, confirmée par ArianeGroup à ses partenaires sociaux le 23 septembre 2021, de délocaliser la production du moteur « Vinci » à Ottobrunn, en Bavière. Ce moteur-fusée à propulsion liquide d’environ 18 tonnes de poussée et dont les travaux se déroulent jusqu’à présent sur le site de Vernon dans l’Eure, doit équiper l’étage supérieur de la fusée Ariane 6, fusée du projet mené par l’Agence spatiale européenne (ESA) et devant être lancée avant le 1erseptembre 2021, depuis Kourou (Guyane). « Le moteur Vinci est le numéro un européen en matière de propulsion liquide avec de l’hydrogène. On développe cette technologie depuis plus de 50 ans, à l’aide de fonds publics, et l’Allemagne la récupère pour des raisons géopolitiques » avait encore dénoncé encore Pierre Giacomini.

Cette délocalisation, conséquence d’un accord industriel franco-allemand signé le 21 juillet, se fera progressivement et s’étalera sur plusieurs années. Dans cet accord, Berlin a obtenu – en contrepartie de financements concédés pour le développement du lanceur spatial « Prometheus » auquel les Français sont très attachés – une réorganisation industrielle d’ArianeGroup pour que l’Allemagne acquière de nouvelles technologies, jusqu’alors développées en France. ArianeGroup remplit donc maintenant sa part de l’accord en confirmant la délocalisation en Allemagne, dont le site français de Vernon et ses 860 salariés vont devoir faire les frais. Cette annonce représenterait une perte de 40 000 heures de travail par an pour le site.

L’entreprise entend supprimer 600 postes mais aucun site ne doit fermer

ArianeGroup a profité de l’occasion pour annoncer en même temps un plan de réorganisation des coûts et effectifs, prévu depuis plusieurs années, et visant à renforcer la compétitivité de l’entreprise. Celle-ci souffre de la concurrence...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Publié le 1 octobre 2021
commentaireCommenter