Nation
Zemmour
Éric Zemmour, interdit de passage sur France Info ? Abonnés

ARTICLE. Éric Zemmour est-il persona non grata sur le service public ? C’est ce qu’a déclaré Gilles Bornstein, éditorialiste politique sur l’émission Instant Politique de France Info dans son édition du jeudi 7 octobre…

Éric Zemmour, interdit de passage sur France Info ?


Mise à jour du vendredi 8 octobre à 16h :  
A 14 heures, Gilles Bornstein a précisé sur twitter : "La direction de l’information de groupe france télévision a décidé qu’il ne sera pas invité tant qu’il n’est pas candidat. Ma formule était imprécise c’est vrai !

Éric Zemmour, interdit d’antenne sur le service public ? Cette question pourrait prêter à sourire, tant l’auteur de La France n’a pas dit son dernier mot  est sur tous les écrans, toutes les ondes, et toutes les lèvres ces dernières semaines. Et pourtant c’est bel et bien ce qu’a déclaré jeudi soir Gilles Bornstein, éditorialiste politique sur l’émission Instant Politique de France Info…

L’édition du jeudi 7 octobre a donné lieu à un échange entre le journaliste et son invité politique Ian Brossat, porte-parole du candidat du PCF à la présidentielle 2022 Fabien Roussel. Le communiste a manifesté son exaspération à l’idée de se voir une énième fois interrogé sur Éric Zemmour. Au-delà de la simple critique politique, il a pointé du doigt les rôles des journalistes dans l’ascension du journaliste.

« Oui, il y a une responsabilité des médias qui depuis des années ont promu Éric Zemmour. Pas forcément sur votre chaîne », a assuré Ian Brossat. Piqué au vif et dans ce qui avait tout de l’élan corporatiste, Gilles Bornstein a immédiatement rétorqué : « Il n’a jamais… il n’a pas le droit de venir ici ! ». Des propos énoncés clairement, brusquement, qui ne trahissent pas un lapsus, mais un état de fait : Éric Zemmour est persona non grata sur France Info.

Il faut bien l’admettre : Éric Zemmour est l’homme qui fait battre le cœur médiatique depuis plusieurs semaines. Au grand dam de ses opposants politiques qui s’exaspèrent de voir le possible candidat donner le « la » de la campagne et imposer ses thèmes de prédilections, lui qui ne s’est même pas officiellement lancé dans la course à l’investiture suprême.

France Info n’est pas la seule à boycotter le polémiste. France Inter s’y refuse également. Le 1er septembre, Yann Barthès, présentateur de Quotidien sur TMC, refusait lui aussi la venue du chroniqueur de CNews sur son plateau car il « ne s’est jamais placé dans la position d’être interviewé ». Quoi qu’on puisse penser de la décision de TMC – chaîne appartenant à un groupe privé –, elle est moins discutable que celle de France Info (ou de France-Inter), chaîne et radios rémunérées par les deniers publics.

Quoi que l’on puisse penser des thèses défendues par Éric Zemmour, ces décisions arbitraires posent question. Mais cela fait longtemps que le service public audiovisuel a décidé de se passer de l’opinion de ceux qui le financent. Donc les réponses attendront.

Publié le 8 octobre 2021
commentaireCommenter

Nation

Europe