Menu
Nation
Éducation nationale
L’école française : lieu de la propagande européiste ? Abonnés

ARTICLE. Le ministère de l’Éducation nationale veut « mettre l’année scolaire 2021-2022 aux couleurs de l’Europe » et invite les acteurs du champ de l’éducation, de la jeunesse et des sports à « sensibiliser activement les jeunes à l’Europe dans toutes ses dimensions ». Cet objectif sera mené en parallèle de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE), qui commencera le 1er janvier 2022.

L’école française : lieu de la propagande européiste ?


Alors que l’actualité bruisse du « polexit juridique », le gouvernement français invite les professeurs, directeurs et recteurs d’académie à faire la promotion de l’idée européenne dans les écoles et établissements scolaires pour « sensibiliser les élèves à l’identité européenne et ses valeurs ». Le projet est de « mettre l’année scolaire 2021-2022 aux couleurs de l’Europe », comme nous l’apprend le document intitulé Guide des possibles : Former les citoyens européens de demain. 2021-2022, une année scolaire européenne et émis par le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, dans son « bulletin n°27 du 8 juillet 2021 ».

Le Document est destiné aux recteurs de région académique et recteurs d’académie, aux chanceliers...

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».