Menu
Nation
Football
Emmanuel Macron, président footballeur aux frais du contribuable ? Abonnés

ARTICLE. Jeudi 14 octobre, aux alentours de 17 h 15, Emmanuel Macron devrait enfiler ses crampons pour un match de gala avec le Variétés club de France. Il affrontera une équipe de soignants du centre hospitalier intercommunal de Poissy Saint-Germain-en-Laye. Un match à but caritatif… mais la place d’un président de la République est-elle vraiment sur le terrain ?

Emmanuel Macron, président footballeur aux frais du contribuable ?


NB : Les présidentielles approchent. Après cinq ans de macronisme, l'heure est venue de dresser le bilan. "Macron, droit d'inventaire", le nouvel hors-série de Front Populaire, disponible le 19 octobre en kiosque, librairie et en ligne. Commandez dès maintenant votre exemplaire pour le recevoir plus tôt.


Emmanuel Macron, le président footballeur (du dimanche) ? Jeudi 14 octobre vers 17 h 15, le chef d’État devrait chausser les crampons pour les Pièces jaunes. Ce jour-là verra s’opposer, dans le cadre d’un match de charité, le Variétés club de France — équipe de gala composée d’anciennes stars du ballon rond et de personnalités célèbres — à une équipe de soignants du centre hospitalier intercommunal de Poissy Saint-Germain-en-Laye. Emmanuel Macron devrait être l’ « invité surprise » du Variété club à cette occasion.

« Je constate que je n’ai pas été sélectionné »

Grand supporter de l’Olympique de Marseille (et de football en général), Emmanuel Macron va ainsi honorer une promesse datant du 6 juin 2021. Après un match du Variétés à l’occasion de l’inauguration du stade Charles-de-Gaulle à Colombey-les-Deux-Églises (Haute-Marne), le président avait décroché son téléphone et appelé – par l’intermédiaire de Karl Olive (divers droite, ex-LR, maire de Poissy) – Jacques Vendroux, manager de cette formation atypique. « Je constate que je n’ai pas été sélectionné », avait-il déploré sur haut-parleur, avant de proposer « de faire le match retour en Île-de-France et peut-être à Poissy, si Monsieur le Maire est d’accord ». Le maire de la commune des Yvelines dont il est question étant un soutien notoire du président, le rendez-vous a vite été accepté.

S’il participe aux festivités — la question de la sécurité du chef de l’État reste en suspens — Emmanuel Macron devrait occuper le poste de latéral gauche ou de milieu défensif. Le match aura au moins un mérite, celui de la charité.  La recette de la billetterie et du sponsoring sera remise à Brigitte Macron, présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, dans le cadre de l’opération « Pièces jaunes ». Le président profitera de cette escapade (caprice présidentiel ?) personnelle pour faire des annonces d’aides à distribuer dans le monde du sport de proximité.

Imagine-t-on le général de Gaulle en crampons ?

Emmanuel Macron inaugure une nouvelle ère sportive pour les présidents de la République française. Certes en 1973, Valéry Giscard d’Estaing avait participé à un match de football à Chamalières (ville dont il était alors maire), opposant des commerçants locaux aux élus municipaux de la ville. Mais il n’était pas encore président de la République, simplement ministre de l’Économie et des Finances de Georges Pompidou.

« Je serai en tenue, humble, et je m’engage à vous inviter pour la troisième mi-temps à l’Élysée », avait précisé Emmanuel Macron en juin dernier. Une troisième mi-temps offerte par le contribuable, qui sera ravi de savoir qu’il finance les loisirs sportifs de son président.

commentaireCommenter

international

international
Arménie
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie Gratuit
La rédaction
A Marseille, Michel Onfray et Stéphane Simon s’engagent à nouveau pour l'Arménie

Michel Onfray et Stéphane Simon ont tenu à marquer à leur manière le triste anniversaire de la défaite des Arméniens de l’Artsakh (Haut-Karabakh). En répondant à l’invitation de SOS Chrétiens d’Orient, pour une table ronde consacrée au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ils ont pu converser avec Guy Teissier, député LR des Bouches du Rhône à l’origine de la reconnaissance du Haut-Karabakh par la France et François-Xavier Gicquel. L’occasion pour les fondateurs de Front Populaire de réitérer leur plein soutien à l’Arménie, engagée selon eux dans une « véritable guerre de civilisation ».