Nation
Médias
La colère d’honneur d’un homme privé de sa fille : « un père haineux » selon Le Monde Abonnés

OPINION. Avant d’en modifier le titre, le journal Le Monde a publié un portrait de Patrick Jardin, père d'une victime des attentats du 13-Novembre, le qualifiant de « père haineux ». Pour notre lecteur, c’est le symbole d’un refus médiatique de la colère légitime d’un homme meurtri.

La colère d’honneur d’un homme privé de sa fille : « un père haineux » selon Le Monde


Le journal Le Monde a publié un article qualifiant Patrick Jardin — un homme qui a perdu sa fille Nathalie au cours de l’attentat du Bataclan et qui va témoigner au procès le 26 octobre — de « père haineux » dans un article du 18 octobre, en le soupçonnant d’être un extrémiste de droite, voire un activiste prêt à commettre des actions violentes — ce qu’il dément dans une interview donnée à Sud Radio le 19 octobre. D’ailleurs il va porter plainte contre le journal. À la suite de l’indignation provoquée par un tel qualificatif, le journal a finalement modifié son titre devant l’indignation générale par « La colère sans limites d’un père ». Cet homme a le courage tout stoïcien de sa douleur, ne « voulant pas baisser la tête ou se mettre à plat ventre », comme certains qui ont choisi le pardon, au contraire par exemple de la lettre de l’écrivain journaliste Antoine Leiris intitulée « Vous n’aurez pas ma haine ».

De quel côté alors se placer ? M.Jardin revendique sa « haine », haut et fort, car jamais il ne pourra accepter la mort de sa fille, et surtout les circonstances de son assassinat qu’il dénonce. On a empêché les militaires et policiers présents d’agir immédiatement pour des raisons de procédure ! car comme l’a avoué l’ex-Premier ministre Manuel Valls dans un documentaire, il y a « peut-être [eu] du retard dans les procédures ».

Sans se placer sur le terrain de la bien-pensance des médias aux ordres d’un prétendu camp du bien qui ne défend que l’indéfendable, sans humanisme, que dans l’accusation et l’injure, il s’agit d’entendre cette douleur et cette colère d’un père qui met la responsabilité du crime sur les autorités politiques qui ont laissé les frontières...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter