Nation
Délocalisations
Les macarons Ladurée, symboles de l’art de vivre à la française… mais produits en Suisse Abonnés

ARTICLE. La prestigieuse marque Ladurée ne produit plus ses fameux macarons en France. Depuis 2020, elle a délocalisé la quasi-intégralité de cette production en Suisse. Pour des raisons fiscales.

Les macarons Ladurée, symboles de l’art de vivre à la française… mais produits en Suisse


À l’heure de la réindustrialisation évoquée à maintes reprises par le président de la République depuis la crise du Covid, tout départ d’entreprise de notre sol est un coup dur. Il l’est d’autant plus quand il s’agit d’une marque emblématique, dont le nom évoque immédiatement la France, comme Ladurée et ses macarons. Ce mercredi 3 novembre, le directeur de l’entreprise, David Holder, expliquait au média suisse Bilan que plus aucun macaron Ladurée — propriété du groupe Holder — n’était fabriqué désormais sur le sol français. Confirmant ainsi une information du magazine « Complément d’enquête » (France 2) à date du 28 octobre.

Bien que David Holder soit décrit sur le site de Ladurée comme ayant la philosophie de « faire rimer créativité, émotion et tradition afin de donner une définition très personnelle de l’art de vivre à la française », il a préféré céder aux charmes (fiscaux) de la Suisse. Plus précisément, de la vallée de la Gruyère. En échange d’une « exonération fiscale d’une durée de dix ans »,l’usine d’Enney a accueilli l’intégralité de la production de macarons depuis 2020.

“L’art de vivre à la française”… en Suisse

En réalité, il ne s’agit là que de la queue de comète d’un phénomène déjà enclenché depuis plusieurs années. Tous les macarons destinés à l’export étaient déjà issus d’une confection suisse. En revanche, les macarons destinés aux magasins parisiens étaient toujours confectionnés en France, au laboratoire de Morangis (Essonne). Cet arrêt ne signifie d’ailleurs pas la fin de l’activité sur le site, les diverses pâtisseries proposées par Ladurée y resteront produites.

Cette délocalisation de ce petit gâteau rond, emblématique et prisé par les touristes aurait été provoquée – au moins en partie – par la crise du Covid et par les multiples confinements mondiaux. D’après Challenges, le chiffre d’affaires...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 5 novembre 2021
commentaireCommenter