International
réchauffement climatique
COP26 : Entre enjeux réels et hypocrisie Abonnés

ARTICLE. La COP26 se termine ce jour, à Glasgow, après plus d’une dizaine de jours de discussions internationales sur l’avenir de la planète et l’évolution du climat. Un « renforcement » des « ambitions » qui peine à faire oublier les voyages en jet privés d’Ursula von der Leyen.

COP26 : Entre enjeux réels et hypocrisie


« Combler le fossé réel et profond de crédibilité ». Voilà à quoi appelait hier encore Antonio Guterres, le patron de l’Organisation de nations unies (ONU), la veille du jour de fermeture de la conférence de Glasgow 2021. « On n’est pas au niveau de l’ambition nécessaire », s’est alarmée il y a quelques minutes la directrice de la Fondation européenne pour le climat, Laurence Tubiana. Il faut dire que pousser 200 pays à prendre des engagements qui ne vont – la plupart du temps - pas dans le sens de leurs intérêts particuliers n’est pas chose facile.

Beaucoup de scientifiques, comme le climatologue français Jean Jouzel, ancien vice-président du GIEC et signataire de la récente lettre ouverte des 200 climatologues, ont encore tiré la sonnette...

Publié le 12 novembre 2021
commentaireCommenter

Nation

Europe