Nation
13-Novembre
Deux poids, deux mesures Abonnés

OPINION. A l’occasion de la commémoration des attentats du 13-novembre, la déclaration provocatrice d’Eric Zemmour mettant en cause l’inaction de François Hollande a suscité l’indignation de l’association Life for Paris. Le presque-candidat est-il devenu l’exutoire d’une certaine pensée conformiste ? Le protagoniste, en tout cas, d’un deux poids deux mesures bien commode.

Deux poids, deux mesures


Eric Zemmour a commis une erreur factuelle sur les attentats du Bataclan, ceux-ci ne sont pas uniquement liés aux migrants syriens, mais bien à la radicalisation islamiste sur notre sol et en Belgique. Son discours est d’autant plus dommageable qu’il y a de quoi attaquer François Hollande à propos de sa pusillanimité dans la lutte contre l’islamisme comme de son incapacité à faire face à la crise des migrants ou à traiter la question de l’immigration.

En respectant les faits, on peut effectivement pointer la responsabilité de nos politiques et de François Hollande, en tant que président, dans le fait d’avoir laissé une idéologie faire son marché en France, dans le fait de lui avoir constitué un maillage d’influence en finançant la construction de mosquées sur des deniers publics, dans le fait d’avoir subventionné des associations liées aux frères musulmans notamment et d’avoir pratiqué un clientélisme éhonté. Il y a là largement de quoi s’indigner et mettre en accusation le pouvoir socialiste.

En préférant instrumentaliser la tragédie du Bataclan au mépris d’une exigence de rigueur et de respect des faits, Eric Zemmour a effectivement commis une faute. Il a peut-être même contribué à ce que la question légitime qu’il pose sur le contrôle des migrants soit enterrée pour avoir voulu faire un coup de communication déplacé.

Il n’en reste pas moins que l’explosion d’indignation et la surenchère de paroles définitives chez ceux qui réagissent laissent aussi mal à l’aise. D’abord parce que contrairement à ceux qui saluent « l’absence de récupération des commémorations du 13 novembre », je trouve personnellement assez gênant que les politiques se soient montrés d’une discrétion de violette sur ces massacres. Je ne suis pas sûre que ce soit du respect, il me semble plutôt qu’il y a là une volonté de mettre la question de...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter