Nation
redistribution
Le quinquennat Macron aura surtout profité aux 0,1 % les plus riches Abonnés

ARTICLE. 0,1 % des Français les plus riches auront connu la plus forte augmentation du niveau de vie du quinquennat Macron. À l’inverse, les 5 % les plus pauvres auront connu une baisse.

Le quinquennat Macron aura surtout profité aux 0,1 % les plus riches


Emmanuel Macron, le « président des riches » ? Au vu de la publication ce mardi 16 novembre d’un rapport de l’Institut des politiques publiques (IPP) sur la redistribution budgétaire à l’attention des Français lors du quinquennat Macron, difficile de le nier. Les 1 % les plus riches ont vu leur niveau de vie progresser de 3 518 euros annuels moyens. Soit environ 2,8 % de progression, le taux le plus élevé constaté dans cette analyse. Plus symbolique encore, si l’on pousse jusqu’aux 0,1 % les plus fortunés, l’augmentation atteint +4,1 %.

Cette hausse plus que significative est liée à la réforme de la fiscalité du capital. En octobre 2017, l’Assemblée nationale votait la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF), remplacé en janvier 2018, par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) qui taxe le patrimoine immobilier supérieur au seuil de 1,3 million d’euros. Comme attendu, cet aménagement fiscal s’est avéré être un généreux cadeau à destination des plus aisés et aura privé l’état de 3,2 milliards d’euros de recettes. La « flax tax » instaurée en 2018, destinée à limiter la fiscalité sur l’épargne a également contribué à ce gain.



À l’inverse, les ménages les plus défavorisés, soit les 5 % les moins riches, sont ceux qui souffrent le plus pendant ce quinquennat. L’augmentation des prestations sociales ou la suppression de la taxe d’habitation ne compensent pas — ou alors partiellement — la hausse du coût de la vie. La fiscalité indirecte incarnée par la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), la TVA ou les droits d’accises concernant le tabac et l’alcool a fortement pénalisé les ménages les plus modestes. Des chiffres à prendre avec quelques pincettes, comme le rappelle Brice Fabre, l’un des auteurs de l’étude IPP et cités par Alternatives économiques : « Il...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 18 novembre 2021
commentaireCommenter