Nation
Argent public
Un ex-député socialiste condamné pour avoir joué de l’argent public au casino Abonnés

ARTICLE. L’ex-député socialiste Henri Jibrayel a été condamné à six mois de prison ferme le 22 novembre pour avoir joué au casino avec des fonds versés par l’Assemblée nationale. L’accusé a été reconnu coupable de détournement de fonds publics et a fait appel de cette décision.

Un ex-député socialiste condamné pour avoir joué de l’argent public au casino


« Je trouve que là on fait un peu fort. » Henri Jibrayel a bien du mal à digérer la décision du Tribunal correctionnel de Marseille en date du 22 novembre. Motif de l’affaire : l’ancien député socialiste de Marseille (entre 2007 et 2017) a été condamné à un an de prison dont six mois ferme pour avoir… joué de l’argent public au casino ! Reconnu coupable de détournement de fonds publics, il devra verser 18.500 euros de dommages et intérêts (comprenant les 13.800 euros dépensés au casino d’Aix-en-Provence). Le tribunal a également prononcé une amende de 10.000 euros à son encontre, ainsi qu’une privation des droits civils et civiques – dont l’inéligibilité – pour cinq ans. Âgé de 70 ans, l’ex-élu pourra effectuer sa peine à domicile sous bracelet électronique et a annoncé faire appel de la décision du tribunal.

La justice lui reproche d’avoir utilisé son IRFM (Indemnité représentative de frais de mandat) pour jouer au casino, et l’avocat d’Henri Jibrayel a cherché à démontrer que l’argent joué « était bien son argent personnel ». Sans succès pour le moment. Autre élément qui n’arrange pas le cas du mis en cause : ce dernier a reconnu avoir eu une addiction momentanée au jeu en 2012-2013 en raison de « problèmes personnels ». Et précisait s’être fait interdire de casino à sa demande.

Ceci n’est pas la seule affaire de justice qui inquiète Henri Jibrayel, puisque le 14 septembre 2020, le socialiste était également condamné pour abus de confiance et prise illégale d’intérêts à trente mois de prison dont dix mois ferme, accompagnés d’une amende de 30.000 euros et d’une période d’inéligibilité de cinq ans. Lui avait été reprochée l’utilisation à des fins électorales de fonds versés à des associations par le conseil général des Bouches-du-Rhône dont il était un élu. Le procès en appel de cette précédente affaire a été fixé au printemps.


Crédit photo : © Wikimedia Commons

Publié le 23 novembre 2021
commentaireCommenter

Nation

Europe