Nation
Immigration
Darmanin et les chiffres de l’immigration clandestine Abonnés

ARTICLE. Dans une interview publiée dimanche 21 novembre au Parisien, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin estime le nombre d’immigrés illégaux en France à « 600 000 à 700 000 ». Il le claironne, expliquant que ce serait moins que nos voisins européens. Cela reste deux fois supérieur aux chiffres avancés par son prédécesseur à Beauvau, Gérard Colomb.

Darmanin et les chiffres de l’immigration clandestine


Dans un entretien accordé au Parisien dimanche 21 novembre, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a tenu à vanter son bilan face aux Républicains (LR) chez qui, selon lui, « l’immigration relève aujourd’hui de l’obsessionnel ». Il a donc avancé ses chiffres de l’immigration clandestine. Estimation : entre « 600 000 à 700 000 ». De quoi s’enorgueillir pour le ministre français qui ne manque pas de rappeler que « la France a beaucoup moins de clandestins que la plupart des grands pays d’Europe, à commencer par la Grande-Bretagne : entre 1 et 1,5 million ».

Les chiffres sont parfois cruels selon l’angle d’analyse utilisé. Quand bien même la France compterait environ moitié moins d’immigrants illégaux que son voisin outre-Manche, il n’y aurait pas de quoi pavoiser. Gerald Darmanin s’en rend-il compte ? Ses chiffres avancés sont presque deux fois supérieurs à ceux de son prédécesseur, Gérard Collomb. Lors d’un débat à l’Assemblée en novembre 2017, il avait évalué à la louche ce nombre : « Nous pensons que nous avons autour de 300 000 personnes en situation irrégulière ».

Par définition, il n’y a pas d’indicateur statistique fiable de l’immigration illégale. L’un des outils les plus utilisés comme point de repère est l’Aide médicale d’État (AME), dispositif d’accès aux soins pour les personnes en situation irrégulière. Le nombre de bénéficiaires est évalué par le budget de l’État autour de 370 000 pour l’exercice 2021 et sert de point de repère statistique, mais il ne peut suffire à lui seul. Car de fait, tous les immigrés clandestins n’ont pas recours à l’AME.

Des estimations variant de 300 000 à 900 000

En 2006, un rapport sénatorial faisait état d’un nombre de clandestins estimé « entre 350 000 et 400 000 ».Dans son livre Ces réalités qu’on nous cache,...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 24 novembre 2021
commentaireCommenter