Europe
Europe
Ces "petits trafics entre amis" auxquels s'adonnent des élus européens Abonnés

ARTICLE. À la Une du journal Libération le 2 décembre : « petits trafics entre amis », une enquête « exclusive » sur les abus de la Cour des comptes européenne (CCE), le contrôleur financier des institutions et fonctionnaires de l’UE. Une enquête sérieuse qui révèle toute l’étendue du réseau d’influence tissé par plusieurs élus essentiellement issus du PPE (Parti populaire eurpéen, droite libérale). Et, en toile de fond, l'influence allemande.

Ces "petits trafics entre amis" auxquels s'adonnent des élus européens


« Voilà un vrai scandale, non pas d’État, mais d’États ! » L'éditorial d'Alexandra Schwartzbrod dans Libération et publié en Une de l'édition du 2 décembre donne vite le ton. Les éditos de Libération sont assez révélateurs de la position du journal et généralement peu ambivalents, et celui-ci ne fait pas exception. Les révélations de l'enquête de Libération sont, dixit l'éditorialiste, « gravissimes » car témoignant de « pratiques malhonnêtes et indignes qui fragilisent une construction, l’Union européenne, qui a déjà bien du mal à résister aux mauvais vents du souverainisme »… et déplore que ces scandales touchant la Cour des comptes européenne (CCE) « apportent du grain à moudre à tous les eurosceptiques au moment même où l’Europe appara...

commentaireCommenter