Nation
Carnets de campagne
Les bons amis d’Eric Zemmour Abonnés

CARNETS DE CAMPAGNE. Macron réélu dans un fauteuil ? La chose est entendue. Du moins l’était-elle il y a encore quelques jours, avant une accélération du temps politique propice aux chamboulements. Les cartes sont-elles rebattues ? Laissons Anne-Sophie Chazaud nous conter cette semaine-éclair.

Les bons amis d’Eric Zemmour


Le match était paraît-il plié, toute cette élection n’était qu’une formalité, Macron serait le lendemain du scrutin dans son fauteuil présidentiel, houppette au vent et truffe poudrée à l’avenant, comme il y était la veille, entre temps quelques millions de personnes se seraient prudemment déplacées dans des bureaux de vote sous surveillance sanitariste, à la façon de zombies post-apocalyptiques exécutant une tâche mécanique que l’on aurait pu robotiser pour plus de sécurité, ou, mieux encore, on se serait arrangé, comme le suggéraient certains sans vergogne, pour instaurer le vote électronique lequel aurait pour finalité avérée de contenir l’affreux danger populiste (manière contemporaine de qualifier les projets de fraude électorale…), puis ces électeurs n’auraient plus eu qu’à allumer la télévision à 20h après la soupe et avant le dodo, afin de constater que le nouveau président était bien l’ancien réélu, imperturbable Petit Chose de l’antimatière extrême-centriste (« Trouvez-moi un seul Français dans le pays qui puisse expliquer la pensée d’Emmanuel Macron. Un seul ! Il n’y en a aucun, pas même lui. Personne ne sait qui il est, parce qu’il n’est personne » déclarera Éric Zemmour dans son discours de Villepinte sur lequel nous revenons plus bas. Comment dire mieux les choses ?). La cause était entendue : il n’y avait pas d’alternative à ce glauque scénario.

Et pourtant, en dépit de sondages continuant immuablement à accorder le même score d’intentions de vote à Emmanuel Macron depuis la plus haute Antiquité et jusqu’à la Fin des Temps, soit un genre de gros pâté mystérieux d’environ 24%, « calme bloc ici-bas chu d’un désastre obscur », un peu comme si cette énigmatique donnée incompressible représentait une sorte de taux de prélèvement obligatoire sur la démocratie contre lequel personne ne pouvait rien, et pourtant donc, la campagne prenait un tour bien différent du...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Europe