Europe
Fédéralisme
L’ « État fédéral » européen, grande ambition de la nouvelle coalition allemande Abonnés

ARTICLE. La nouvelle coalition allemande, menée par le social-démocrate Olaf Scholz, s’est donné comme objectif de conduire l’Europe vers un « État fédéral » via la « Conférence sur l’avenir de l’Europe ». Un cap qui conforte les ambitions européennes d’Emmanuel Macron…

L’ « État fédéral » européen, grande ambition de la nouvelle coalition allemande


Le 24 novembre dernier, les sociaux-démocrates allemands, les Verts et les libéraux ont conclu un accord pour gouverner. Un document – de 178 pages – définissant les objectifs communs de cette nouvelle coalition tripartite allemande a donc été publié et traduit de l’allemand par la revue de géopolitique Le Grand continent. Quelques lignes au milieu de ce document ont fait « sauter de joie » l’entourage d’Emmanuel Macron, à en croire France info

Dans le volet « Europe » du document, la coalition indique soutenir « la modification des traités » avant d’expliquer que « la conférence pour l’avenir de l’Europe devrait déboucher sur une convention constituante et conduire à l’évolution de l’UE vers un État fédéral ». La conférence pour l’avenir de l’Europe est une initiative lancée en mai dernier, qui fonctionne sur le même modèle que la fameuse Convention citoyenne pour le climat d’Emmanuel Macron, mais à l’échelle européenne. L’objectif est que des citoyens tirés au sort (746 seulement en France) définissent les priorités de l’UE pour les années à venir.

Le nouveau gouvernement allemand espère donc que la « conférence pour l’avenir de l’Europe » se transformera en « convention constituante », ce que les macronistes « applaudissent des deux mains » car pouvant déboucher sur le débat constitutionnel « dont les institutions ont besoin » avait commenté Stéphane Séjourné, proche conseiller d’Emmanuel Macron et président du groupe Renew Europe, le groupe libéral et fédéraliste du Parlement européen auquel appartient En Marche.

Il n’y aura pas de référendum comme en 2005

Mais attention, alerte France info (qui se base sur les déclarations de Stéphane Séjourné), la France ne compte pas appeler à un débat constitutionnel comme en 2005, avec référendum à la clé. Après tout, pourquoi s’embêter avec cette si encombrante souveraineté populaire ?...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Publié le 7 décembre 2021
commentaireCommenter