International
Arménie
L’Arménie s’invite au cœur des débats Abonnés

EDITO. Ça bouge en France pour l’Arménie. Sans verser dans un optimisme béat, nous observons avec satisfaction que les initiatives s’additionnent pour alerter l’opinion sur les agressions subies par « le grand petit peuple », comme l’a appelé Michel Onfray. La semaine a débuté avec une belle initiative de François-Xavier Bellamy à Paris et se finit ce jour par un voyage sur place d’Eric Zemmour et Philippe de Villiers.

L’Arménie s’invite au cœur des débats


Enfin, l’Arménie est un sujet de conversation dans notre pays ! Après la visite officielle d'Alen Simonian (président de l’Assemblée nationale arménienne) et d'Hasmik Tolmadjan (ambassadrice d’Arménie en France) il y a quinze jours au Sénat, durant laquelle Sylvain Tesson, Michel Onfray et le directeur adjoint du Figaro Magazine Jean Christophe Buisson ont pu exprimer leur solidarité, cette semaine a été marquée par de nouvelles offensives médiatiques destinées à sensibiliser les Français. 

Le coup d’envoi a été donné lundi 6 décembre avec la tenue d’une soirée « Pour le peuple arménien » au théâtre du Palais-Royal (Paris), organisée par le député européen LR François-Xavier Bellamy. Originalité et tour de force, quatre grandes familles politiques du Parlement européen étaient représentées, Bellamy (du groupe PPE) réunissant autour de lui son ancienne rivale aux élections européennes, la macronienenne Nathalie Loiseau (groupe Renew), mais également Sylvie Guillaume (groupe socialiste et démocrates) et François Alfonsi (groupe Verts/ ALE). À l’issue d’une soirée animée par la journaliste Valerie Toranian, les quatre courants se sont mis d’accord sur un texte commun, qui a tenu « dans un esprit transpartisan à réaffirmer la solidarité du peuple français avec le peuple arménien ».

« Nous n’oublions pas le genocide dont le peuple arménien a été victime, dit plus loin ce texte, le premier du XXe siècle, celui dont Serge Klarsfeld a dit « sans le genocide arménien, la Shoah n’aurait pas eu lieu ».» Appelant encore « La Turquie à reconnaître ce genocide ». Et plus loin, « nous enjoignons l’Azerbaïdjan à libérer les prisonniers de guerre sans délai et sans marchandage » et de réclamer le « départ de tous les mercenaires » et « des poursuites de tous les auteurs de crimes de guerre, les individus comme les États. » Un texte qui ne trouve encore aucune réalité concrète mais qui peut ouvrir des yeux indifférents qui s’étaient détournés de cette région du Caucase depuis un an. D’ici à enclencher une action forte de l’Union européenne, il y a évidemment un abysse…

Dans la foulée de cette soirée, l’équipe de campagne de Valérie Pecresse annonçait que la candidate des Républicains se rendrait prochainement à Erevan, où elle n'est pas une inconnue. On se souvient en effet que la présidente de la région Île-de-France était déjà allée en novembre 2018 dans la capitale arménienne pour relancer la coopération entre la région qu'elle préside et le pays.

Quant à aujourd’hui, samedi à l'heure du déjeuner, c’est Éric Zemmour qui embarquait pour Erevan avec sa compagne, Sarah Knafo, et, plus inattendu, Philippe de Villiers. Ce dernier en a profité pour déclarer son soutien à Éric Zemmour. « Je pars en Arménie avec mon ami pour adresser au peuple arménien un message d'espérance, ainsi qu'à tous les chrétiens d'Orient, aujourd'hui abandonnés par l'Occident qui perd le fil de sa civilisation. La petite flamme de la veille française brûle encore » a précisé le fondateur du Puy du Fou.

Certains observateurs ont néanmoins relevé que l’avocat d’Eric Zemmour, Me Olivier Pardo, n’est autre que l’avocat des négationnistes du genocide arménien, pro-turcs et pro-azerbaïdjanais. Et que ses positions sur la remise en question des lois mémorielles questionnant également sur la sincérité de ce déplacement.

Cela dit, on ne peut que se réjouir de voir grossir les rangs des soutiens de l’Arménie. L’appartenance politique est ici accessoire. Et chaque nouveau venu, quel qu'il soit, représente une bonne nouvelle. Comme l’a enseigné Albert Camus, peu importe que l'on soit de droite ou de gauche quand le combat est juste.

Chacun, pour se faire son opinion, pourra voir ou revoir le documentaire « Arménie, un choc de civilisations » réalisé par Alexandre Jonette, et diffusé par Front Populaire pour la première fois il y a un an jour pour jour. Michel Onfray y alertait sur sur la situation au Haut-Karabakh et sur le genocide à « bas bruit » qui continue…

commentaireCommenter