Nation
Macronie
La Macronie gênée par un site de caricatures de Macron ? Abonnés

ARTICLE. LREM aurait engagé une procédure pour faire disparaître un site internet qui l’embête. Utilisé par une maison d’édition indépendante, le site fait la promotion de déssins parodiques d’Emmanuel Macron et utilise un nom de domaine gênant...

La Macronie gênée par un site de caricatures de Macron ?


L’illustrateur et auteur de BD Allan Barte a annoncé ce mardi 14 décembre sur Twitter que la République en marche (LREM) voulait « faire sauter le petit site parodique » de son éditeur, « Ant editions » (éditeur de BD indépendant). Le dessinateur affirme être visé par une procédure pour récupérer le nom de domaine www.enmarche2022.fr, que sa maison d’édition affirme avoir acheté en 2019. Le site est utilisé pour promouvoir une série de quatre albums parodiques d’Allan Barte intitulée « Vivre en Macronie », une parodie du quinquennat d’Emmanuel Macron – beau cadeau de Noël – et de l’actualité politique française depuis 2017. LREM n’a encore rien communiqué.

Ant Editions affirme que LREM a lancé une procédure juridique pour faire sauter le site ; un dossier « Syreli » (résolution des litiges) de neuf pages et rédigé par un cabinet d’avocats, avec huit pièces jointes. Dans le dossier, le site aurait été décrit comme ayant « une activité de diffusion d’ouvrages dont l’objet unique est de porter atteinte à la réputation de LaREM et de Monsieur Emmanuel Macron en tant que Président de la République, ainsi qu’aux droits de propriété intellectuelle de LaREM ». Le dossier mentionne aussi que « cette volonté de nuisance (…) est d’autant plus manifeste que figurent, auprès des éléments évoqués, des images des caricatures du Président de la République ».

Géométrie variable

La maison d’édition a dit être très étonnée de cette procédure qu’elle a dénoncée par la suite sur les réseaux sociaux, évoquant l’agressivité de LREM « à l’approche de l’échéance » d’avril 2022. Dans un courrier publié le 14 décembre sur son compte Facebook, Ant Editions a fait remarquer qu’en novembre 2020, Emmanuel Macron lui-même défendait « le droit de caricature, le droit à cette forme de liberté ». Le lendemain, la...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 19 décembre 2021
commentaireCommenter