Nation
Islamo-gauchisme
Sciences Po Grenoble, laboratoire de l’islamogauchisme ? Abonnés

OPINION. Klaus Kinzler, l'enseignant qui avait dénoncé une "chasse idéologique" à l'Institut d'études politiques de Grenoble a donc été mis à pied. Céline Pina réagit à ce qui pourrait bien rester comme "l'affaire Klaus Kinzler". 

Sciences Po Grenoble, laboratoire de l’islamogauchisme ?


La décision de Laurent Wauquiez de couper tout financement à Sciences-po Grenoble est une décision salutaire tant l’état dans lequel se trouve l’école peut être imputé à l’incurie de sa direction et des pouvoirs publics. Voir enfin un politique assumer son rôle et prendre ses responsabilités ne fait cependant que mettre en exergue l’incapacité du ministre de l’Éducation nationale (Jean-Michel Blanquer) comme de la ministre de l’Enseignement supérieur (Frédérique Vidal) à régler une situation qui illustre le basculement d’une partie des sciences sociales dans l’idéologie.

Sciences-po Grenoble, un climat de peur et de délation

L’affaire qui secoue Sciences-po Grenoble témoigne de ce qui se passe lorsque des militants prennent le contrôle d’une institution à la faveur de la complicité active ou de l’impuissance d’une direction. Elle montre à quel point l’entrisme et l’emprise islamo-gauchiste font des ravages à l’université et les limites de l’autonomie accordée à celle-ci au vu de l’usage qui en est fait et de la montée en puissance de syndicats étudiants dont les pouvoirs sont de plus en plus étendus alors qu’ils représentent en général à peine 10% à 15% des étudiants et ne peuvent asseoir leur légitimité sur leur savoir. Mais revenons au scandale qui secoue l’Institut d’Études politiques. Quand elle sort dans la presse, l’histoire apparait d’abord comme un fait divers sordide rappelant tristement la cabale qui a mené à la mise à mort de Samuel Paty : deux professeurs ont vu un matin leur nom placardé à l’entrée de l’IEPG. Ils y sont désignés comme islamophobe. Cet affichage est accompagné d’attaques virulentes sur les réseaux sociaux. Des accusations qui équivalent à accrocher une cible dans le dos et qui ont déjà conduit à la décapitation d’un professeur.

Or une enquête menée par un corps d’inspection de l’éducation nationale va très vite dévoiler que ce...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter