Nation
macronisme
Orgueil et prétention Abonnés

OPINION. Céline Pina a tenu à réagir à la déclaration agressive et méprisante du président de la République dans les colonnes du Parisien concernant les non vaccinés. Une vengeance mesquine qui, selon elle, signe un bien pathétique aveu de faiblesse.

Orgueil et prétention


« Eh bien là, les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout. ». Voilà ce que dit le président de la République dans un échange avec les lecteurs du Parisien daté du mercredi 5 janvier 2022. Puis parlant toujours des antivax il a ajouté « un irresponsable n’est plus un citoyen ». Au vu de l’irresponsabilité d’une telle sortie, on se demande s’il ne devrait pas en tirer également des conséquences pour lui-même.

Élégance du langage, intelligence du verbe, profondeur de la pensée, habileté tactique, absence de mépris et hauteur de vue, voilà ce que l’on devrait attendre d’un président de la République. Voilà ce que l’on n’arrive pas à obtenir d’Emmanuel Macron. Or si un président ne devrait pas parler comme cela, c’est parce que, comme le rappelait avec justesse l’oncle de Spiderman : « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » et cela commence par ne pas écraser de son mépris ceux dont on a la charge quand on a atteint le sommet du pouvoir. C’est même la base de la démocratie.

Que les antivax se voient appliquer des sanctions ou des obligations est loin d’être illégitime au regard de la crise que connaissent nos hôpitaux et du fait que les médecins ont dû trier les malades dans certains endroits. Emmanuel Macron a donc parfaitement le droit d’en appeler à leur responsabilité, de sanctionner des comportements inciviques, mais pas en s’exprimant comme un caïd de banlieue bafoué dans son petit pouvoir. Au sommet du pouvoir, on peut être déterminé, imposer ce qui est nécessaire, mais jamais en se montrant inutilement méprisant et agressif. Le premier devoir d’un président est de ne pas se faire plaisir, de ne pas servir son égo, mais d’agir en fonction de...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter