Analyses
Critique
Histoire globale des socialismes Abonnés

CRITIQUE. Des dizaines d’universitaires de diverses branches se sont réunis pour un grand projet éditorial : Histoire globale des socialismes (éd. PUF), sous la direction de Jean-Numa Ducange, Razmig Keucheyan et Stéphanie Roza. Une ode au temps long et à la puissance de l’idéologie pour soulever les peuples et transformer l’histoire.

Histoire globale des socialismes


« Tout socialisme est aujourd’hui en crise », avertissent d’emblée Jean-Numa Ducange, Razmig Keucheyan et Stéphanie Roza. La mondialisation néolibérale est passée par là. La branche « social-libérale » – même si le socialisme libéral n’est d’ailleurs pas tout à fait le social-libéralisme, lui-même courant du libéralisme – semble avoir échoué dans son projet de régulation du capitalisme.

Le temps est donc venu d’un grand bilan historique et conceptuel. Quoi de mieux qu’un dictionnaire thématique pour retracer l’héritage labyrinthique d’un des plus grands courants de l’histoire des idées politiques modernes ? Tel jeune militant de gauche est fier de se revendiquer « socialiste » face à tel vieux militant de droite, certain de n’avoir affaire partout qu’à des « socialistes ». Dans les deux cas, c’est bien commode, personne ne sait vraiment ce que le mot veut dire. L’ouvrage a ceci de fondamental qu’il définit, classe, distingue bref, clarifie des notions trop souvent réduites à des mots-piégés, qu’on les utilise pour s’en revendiquer ou pour s’en départir. Une généalogie titanesque.

Comment définir le socialisme ? Si tout l’objectif de l’ouvrage est de montrer la multiplicité des facettes et des courants du socialisme, il est possible de dégager un « plus petit dénominateur commun » : la centralité de la question sociale. Cela paraît relever du truisme, mais il faut commencer par là. Le socialisme apparaît dans les années 1820-30 dans le contexte européen de la Révolution industrielle, de l’urbanisation et du machinisme qui produit une nouvelle pauvreté, celle des masses ouvrières. Il est l’idéologie de la contestation de cette situation. « L’appartenance d’un auteur ou d’un parti à la tradition socialiste suppose qu’il accorde à la question sociale un poids au moins équivalent à ces autres revendications. Si d’autres revendications prennent le dessus, il en sort, de facto »...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 8 janvier 2022
commentaireCommenter