Nation
Présidentielle 2022
Parrainages d’élus : Anne Hidalgo, démocrate à géométrie variable Abonnés

ARTICLE. Si Marine Le Pen, Éric Zemmour – ou Jean-Luc Mélenchon – n’obtiennent pas les 500 parrainages d’élus requis pour se présenter à la présidentielle, ce sera « tant pis pour eux ». Pour Anne Hidalgo (créditée de quelque 3,7% dans le dernier sondage Ipsos pour Franceinfo/Le Parisien), il s’agit juste d’un manque de capacité à convaincre et non un problème démocratique.

Parrainages d’élus : Anne Hidalgo, démocrate à géométrie variable


Est-il légitime qu’un camp qui représente une infime minorité des intentions de vote – entre 2 et 4,5 % selon les derniers sondages et selon la présence ou non de Christiane Taubira – juge normal que deux opposants, estimés à environ 15 % des intentions de vote, ne puissent pas concourir à la présidentielle ? La réponse semble évidente et pourtant, Anne Hidalgo (PS) semble trouver normal — pire encore, satisfaisant — que Marine Le Pen (RN) et Éric Zemmour (Reconquête !) soient éjectés de la compétition avant même qu’elle ne commence.

Invitée dimanche 9 janvier par Jean-Pierre Elkabbach sur CNews, la candidate du parti socialiste s’est voulue très ferme : « S’ils ne les ont pas [les parrainages, ndlr], c’est qu’ils ne méritent pas d’y participer...

commentaireCommenter