Europe
symbolique
Le drapeau « euro-national », la dernière invention des européistes Abonnés

ARTICLE.  Une tribune parue dans le JDD samedi 15 janvier soutient la création d’un drapeau « euro-national » afin que les citoyens puissent ressentir « la joie d’une double appartenance ». Décryptage.

Le drapeau « euro-national », la dernière invention des européistes


Les actions symboliques faisant la promotion de l’européisme se sont multipliées depuis le démarrage de la présidence française du Conseil de l’UE, il y a deux semaines. Après « l’Étoffe de l’Europe » ou encore la polémique causée par le pavoisement de drapeaux européens sur plusieurs monuments historiques français dont l’Arc de Triomphe, une tribune co-signée par une quarantaine de personnalités et publiée dans le JDD – caisse de résonnance par excellence du macronisme – ce samedi 15 janvier, défend « l’aspiration européenne » … par la création d’un drapeau « euro-national » qui pourrait être affiché sur les édifices ou lors d’événements organisés au nom de l’UE.

« Déployer le drapeau européen sur des monuments symboliques de l’histoire des différentes nations devrait susciter un enthousiasme patriotique, n’opposant pas l’appartenance nationale à l’identité européenne » ont estimé les auteurs de la tribune, titrée « Union européenne : « On pourrait imaginer un nouveau modèle de drapeau, le drapeau euro-national » ». En d’autres termes : devant l’absence manifeste d’attachement des peuples à l’UE et à ses symboles, on cherche à en forger de nouveaux en s’attendant à ce que tout change.

En tête des co-auteurs de la tribune, on trouve Isabelle Lonvis Rome, haut fonctionnaire au ministère français de la Justice, ainsi que Guila Clara Kessous, enseignant-chercheur à Harvard et « artiste de l’UNESCO pour la paix » (comprendra qui pourra) et Dominique Intini, dirigeant d’entreprise.  Et parmi les quarante signataires que compte actuellement la tribune, figurent entres autres les historiens Jean Garrigues et Benjamin Stora (chargé pour rappel par Emmanuel Macron de coordonner un rapport sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie ») ou encore le médiatique neurologue Boris Cyrulnik… mais aussi une personne morale extra-européenne : l’institut du commerce extérieur américain (...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 18 janvier 2022
commentaireCommenter