Nation
Management
Baptiste Rappin : « Les cabinets comme McKinsey sont les vecteurs infectieux du management » Abonnés

ENTRETIEN. Philosophe et Maître de Conférences à l’IAE de Metz, Baptiste Rappin est un penseur contemporain du management et de la technique (voir notamment sa Théologie de l'organisation, chez Ovadia). Nous l’avons interrogé au sujet de l’audition surréaliste des représentants de McKinsey au Sénat.

Baptiste Rappin : « Les cabinets comme McKinsey sont les vecteurs infectieux du management »


Mardi 18 janvier, Karim Tadjeddine et Thomas London, deux directeurs associés de McKinsey en France, ont été auditionnés au Sénat pour justifier l’influence de leur société de conseil privée sur les pouvoirs publics français et les coûts financiers mirobolants engendrés. Une audition très attendue sur le papier, qui s’est avérée lunaire et peut-être amenée à faire date.

Extrait de l’échange verbal entre Karim Tadjeddine et la rapporteure sénatoriale Éliane Assassi :

Eliane Assassi : « Vous avez dit que votre valeur ajoutée, c’est de « réaliser des expertises sur des enjeux complexes ». Je sais bien que le métier d’enseignant est un métier très difficile, notamment dans ces moments de crises épidémiques, mais je pense justement qu’ils ont démontré qu’ils étaient des experts en matière d’enseignement. Or vous avez obtenu un contrat de 496 800 euros pour « évaluer les évolutions du métier d’enseignant » Vous pouvez nous dire à quoi a abouti cette mission ? »

Karim Tadjeddine : « Bien sûr madame la rapporteure. Nous avons été sollicités dans le cadre du contrat-cadre de la DITP, par le ministère de l’Éducation. Notre rôle a été d’accompagner la DITP pour organiser un séminaire qui était prévu par le ministère pour réfléchir à quelles étaient les grandes tendances d’évolution du marché…euh des évolutions du secteur de l’Enseignement, les évolutions aussi attendues du marché de l’enseignant et, à ce titre, quelles pouvaient être les réflexions autour du métier de l’enseignant. Voilà, nous avons accompagné la DITP dans cette réflexion. Et nous travaillons maintenant, madame la rapporteure, depuis une vingtaine d’années, aussi sur l’analyse de l’évolution des systèmes d’éducation. » (sourire de l’intéressé)

Eliane Assassi (ne pouvant réfréner un rire) : « Oui…je trouve que cette réponse est un peu imprécise…quand même…C’est un sujet qui pourrait être un sujet d’ampleur et le...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Publié le 24 janvier 2022
commentaireCommenter