Analyses
Gauche
La « Deuxième gauche » va-t-elle dans le mur ? Abonnés

ARTICLE. Quelques jours après l’annonce de retrait d’Arnaud Montebourg de la campagne présidentielle, la tenue prochaine de la « Primaire Populaire » met en exergue la continuité d’une vieille opposition : celle entre la « Première gauche » et la « Deuxième gauche ».

La « Deuxième gauche » va-t-elle dans le mur ?


« J’ai engagé une franche discussion avec tous les candidats appartenant à ma famille politique, mais aucun n’est décidé à surmonter nos désaccords. J’en ai tiré la conclusion que mes idées étaient certainement devenues étrangères à ma famille politique. » C’était il y a moins d’une semaine, lorsqu’Arnaud Montebourg annonçait l’avortement de sa campagne, placée à l’origine sous le signe de la « Remontada ». Un ralliement à Christiane Taubira était attendu, mais les plans de sortie du grand théâtre électoral semblent avoir changé pour l’ancien ministre de l’Économie ; silence radio sur le sujet.

Mais Christiane Taubira a-t-elle besoin du soutien de Montebourg ? Dans deux jours, du 27 au 30 janvier, se dérouleront les votes en ligne de la « Primaire Populaire », initiative issue de la société civile – elle a été créée en 2021 par deux militants associatifs, Mathilde Imer et Samuel Grzybowski, fondateur de l’organisation vivrensembliste « Coexister » –, dont l’objectif est de favoriser l’émergence d’un candidat unique.

À ce stade, sortie vainqueresse de la phase des parrainages, Christiane Taubira est déclarée favorite. À candidat unique, projet unique ? Il est peu de dire que l’idée est morte dans l’œuf, et si sept candidats avaient été présélectionnés sur la liste des parrainages d’origine (Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Christiane Taubira, Anna Agueb-Porterie, Charlotte Marchandise et Pierre Larrouturou), les plus gros poissons – Jadot, Mélenchon, puis Hidalgo – ont depuis longtemps fait savoir que les festivités auraient lieu sans eux.

Dans l’article « La primaire populaire, tremplin sur mesure pour Taubira » paru dans Marianne cette semaine, le journaliste Hadrien Mathoux décrypte la sociologie des organisateurs et des soutiens de cette entreprise de propulsion électorale. « Elle semble portée par la bourgeoisie des métropoles, comme en témoigne la liste des soutiens les plus médiatiques,...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 25 janvier 2022
commentaireCommenter