Nation
France insoumise
Ophélie Meunier, nouvelle victime de l’islamisme décomplexé Abonnés

ARTICLE. Après la diffusion d’un reportage sur l’islam intitulé « Face au danger de l’islam radical, les réponses de l’État », le dimanche 23 janvier, la présentatrice de Zone Interdite, Ophélie Meunie,r et un témoin roubaisien de l’émission, Amine Elbahi, ont été placés sous protection policière.

Ophélie Meunier, nouvelle victime de l’islamisme décomplexé


À quel moment les islamistes remporteront-ils la bataille de l’intégrisme ? Question inquiétante, mais légitime. Le 29 janvier, Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6 alertait sur les menaces que rencontre l’animatrice de Zone Interdite, Ophélie Meunier. Peu de temps après, une source ministérielle a appris à l’AFP le placement sous protection judiciaire de la journaliste par le service de la protection (SDLP). En fin d’après-midi, le ministre de l’Intérieur a confirmé l’information sur twitter : « J’ai donné instruction qu’à chaque fois qu’un journaliste fait l’objet de menaces caractérisées, il bénéficie d’une protection policière ». Quelques heures avant même la diffusion du reportage « Face au danger de l’islam radical, les réponses de l’État » le dimanche 23 janvier, les injures et appels aux boycotts se sont multipliés sur les réseaux sociaux.

La journaliste n’est pas la seule à devoir supporter le poids des menaces. Si l’on ignore à ce jour la nature exacte de celles-ci, ce n’est pas le cas du deuxième protagoniste, le juriste Amine Elbahi. Témoin du reportage, il avait amené l’équipe de Zone Interdite dans un quartier fortement islamisé de Roubaix. Depuis, il en subit les conséquences. « Mon numéro de téléphone a circulé sur les réseaux sociaux, plusieurs appels au meurtre ont été diffusés. On me menace de décapitation, d’égorgement », a-t-il expliqué sur BFMTV. D’après son avocat, interrogé par l’AFP, il serait qualifié de « kouffar »(ndlr : mécréant, en arabe) par ses harceleurs.

L’étrange positionnement de Jean-Luc Mélenchon

À Roubaix, Amine Elbah dénonce l’islamisme rampant qui sévit dans la ville depuis octobre 2020. Il a alerté la préfecture de l’existence de cours coraniques qui seraient dispensés par l’association de la ville, « Ambitions et initiatives pour la réussite ». Il aurait également tenté d’informer les autorités sur la radicalisation...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 31 janvier 2022
commentaireCommenter