Nation
logement
Mal-logement : la Fondation Abbé-Pierre très critique vis-à-vis du bilan macronien Abonnés

ARTICLE. La Fondation Abbé-Pierre, qui lutte contre le mal-logement, a fait paraître le 1er février son rapport annuel sur « l’État du logement en France ». Verdict sévère : pour l'association, la Macronie a un bilan déplorable. Des candidats à la présidentielle et des responsables politiques, dont Emmanuel Macron, étaient invités à s’exprimer sur la question le 2 février.

Mal-logement : la Fondation Abbé-Pierre très critique vis-à-vis du bilan macronien


« Le logement n’a jamais été une priorité de l’exécutif au cours de ce mandat » a dénoncé la Fondation Abbé-Pierre (FAP) dans son dernier rapport annuel, rendu public le 1er février et intitulé « L’État du mal-logement en France en 2022 ». La FAP y dénonce un « aveuglement des responsables politiques » de manière générale sur la question du logement, et a été particulièrement sévère envers Emmanuel Macron et son gouvernement, « pas à la hauteur » des enjeux selon la FAP. Cette dernière salue cependant ses efforts – jugés insuffisants – en ce qui concerne l’accès au logement des sans-domicile ou la rénovation énergétique des bâtiments.

Le président de la République et plusieurs candidats de gauche à la présidentielle (Hidalgo, Roussel, Taubira, Mélenchon) ont été interrogés, le 2 février, à l’occasion de la journée de présentation du rapport organisée à Paris par la FAP et présentée par Anne-Sophie Lapix. Si Chrisitane Taubira n'a pas du tout convaincu, restant floue et bafouillant, Jean-Luc Mélenchon y a marqué des points, adhérant à toutes les propositions issues des travaux de la FAP et expliquant qu’elles sont reprises dans son programme. Il faudra "rompre avec le marché" avait-il ajouté.

Emmanuel Macron – qui ne s'est, pour rappel, toujours pas déclaré candidat à sa réélection – a lui aussi marqué des points, esquivant les critiques de la FAP et martelant que son gouvernement a fait « mieux » qu’avant et reconnaissant qu’il faudra faire « encore plus et mieux » en sortie de crise. L’entretien (cinquante minutes au total) aura été largement bénéfique à son image, en lui permettant de vanter son bilan. Le CSA prendra-t-il cette saynète en compte dans ses calculs de présence médiatique ? Cela reste à voir.

D'autant qu'en matière de logement, la Macronie a peu...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 3 février 2022
commentaireCommenter