Nation
Argent public
Crise sanitaire : les cabinets de conseil ont empoché 26,79 millions d’euros Abonnés

ARTICLE. Lors de son audition devant la commission d’enquête du Sénat, le 2 février, Olivier Véran a confirmé que son ministère a dépensé 26,79 millions d’euros d’argent public dans des cabinets de conseil privés (McKinsey, entre autres), et cela depuis mars 2020. Un chiffre record.

Crise sanitaire : les cabinets de conseil ont empoché 26,79 millions d’euros


Lors de son audition devant la commission d’enquête du Sénat, le 2 février, Olivier Véran a confirmé aux sénateurs que le montant total des prestations de conseil commandées par son ministère s’élevait à 26,79 millions d’euros depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020. Un montant record, puisque ce dernier ne s’élevait qu’à 1,717 millions d’euros sur l’année 2019… « Ce coût reste toutefois modéré au regard de l’ensemble des dépenses sanitaires » avait ensuite précisé le ministre de la Santé, cherchant à les comparer avec les « 30 milliards d’euros de dépenses de crise » évoqués pendant l’audition.

Il a ensuite admis qu’il avait, au moment de l’audition, toujours recours au cabinet de conseil américain McKinsey : « Nous avons très récemment, tout début 2020, à nouveau contractualisé avec le cabinet McKinsey en renfort de la campagne de vaccination pédiatrique cette fois. Jusqu’à la date du 4 février ». Le cabinet privé américain a bénéficié de plusieurs contrats à la suite – plus d’une dizaine au total durant la crise sanitaire – mais cela n’a pas nui à la règle du tourniquet (stipulant que l’État ne peut pas favoriser un cabinet en particulier) d’après Olivier Véran. En outre, et contrairement à certaines pratiques dont les cabinets de conseil sont coutumiers, il n’y a pas eu de pro bono. Autrement dit : tout a été facturé, et le bien public est passé à la trappe.

Pour ce qui est de l’influence supposément exercée par ces cabinets, celle-ci est difficile à mesurer par les sénateurs puisque les documents auxquels ils ont contribué sont estampillés « ministère de la Santé » et pas « McKinsey » par exemple, et parce que les consultants privés ont été intégrés directement dans des équipes dépendantes du ministère. Olivier Véran a tenu à nier...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 4 février 2022
commentaireCommenter