Région
Patrimoine
Patrimoine : des immeubles anciens de Foix menacés de démolition Abonnés

ARTICLE. Des immeubles du XVIIème et XVIIIème siècles du centre historique de Foix (Ariège) pourraient bientôt être démolis et remplacés par des immeubles HLM, ont alerté des associations de défense du patrimoine. La responsable : la loi ELAN, portée par la majorité et promulguée en 2018…

Patrimoine : des immeubles anciens de Foix menacés de démolition


« C’est une destruction du patrimoine et une grave atteinte au bâti pittoresque de ces immeubles anciens datant des XVIIème et XVIIIème siècles » a dénoncé le président de Sites & Monuments Julien Lacaze, relayé le 6 mars par France Bleu. Comme deux autres associations de défense du patrimoine, « Vieilles maisons françaises » et « Les Amis du vieux Foix », Sites & Monuments s’oppose à la décision du maire de mener des travaux de démolition-reconstruction dans le centre historique de Foix. Six immeubles devraient être démolis et remplacés par des logements sociaux de qualité destinés à la location. Un projet qui vient « détruire la carte postale de Foix » selon les défenseurs du patrimoine, qui rappellent que la site possède le label « Grand Site Occitanie » et prétendrait, dans l’histoire récente, au label UNESCO.

Les six immeubles (des XVIIème et XVIIIème siècles) concernés sont mitoyens de l’abbaye Saint-Volusien, classée monument historique depuis 1964 et apparaissant sur les plans de la ville dès 1663, et établis sur les rives de l’Ariège. Le numéro 20 de la rue du Rival, mitoyen de l’abbatiale, est l’ancien moulin de l’abbaye, donnant sur l’Ariège, avec son pan de bois à encorbellement. Le reste des bâtiments date du XVIIIème siècle et s’intègre parfaitement avec la façade de la préfecture installée dans l’ancien cloître de l’abbaye.

Le maire invité à rénover intelligemment plutôt que de détruire

Mais la loi ÉLAN, promulguée par la majorité en novembre 2018, marque une régression importante de la législation en ce qui concerne la protection du patrimoine bâti français. Depuis cette loi, un maire qui place un bâtiment sous arrêté de péril ou d’insalubrité (ce qui est, dans la pratique, souvent difficile à vérifier) peut se passer de l’autorisation, auparavant nécessaire dans les zones patrimoniales, de l’Architecte des...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter