Nation
Présidentielle 2022
Barbara Lefebvre : « Les Français ne sont pas obsédés par l’identité » Abonnés

ENTRETIEN. Parler à la place des Français est le loisir préféré des politiques, mais que veulent-ils vraiment ? En collaboration avec l’Ifop, Barbara Lefebvre a enquêté longuement pour mettre en perspective les préoccupations du peuple français. Nous l’avons interrogée à ce sujet.

Barbara Lefebvre : « Les Français ne sont pas obsédés par l’identité »


Front populaire : Comment avez-vous eu l'idée de cette enquête ?

Barbara Lefebvre : À la veille des grands scrutins nationaux, ce sont habituellement des ouvrages d'analyse politique que l’on trouve en librairie plutôt orientés sur les personnalités des candidats, sur le bilan du président sortant, sans parler des ouvrages programmatiques des candidats eux-mêmes. Mais on entend rarement la voix des Français interrogés dans la longueur sur l’état du pays et sur l'ensemble des enjeux politiques économiques et sociaux qui vont les concerner pour les cinq ans qui viennent et au-delà. Je ne voulais pas participer à la course éditoriale sur le casting présidentiel en utilisant par exemple un sondage pour trouver le président idéal. La présidentielle n’est pas un jeu de téléréalité politique. J'ai préféré construire une enquête avec l'appui expert de l’IFOP pour permettre à un échantillon représentatif des Français de s'exprimer sur tous les enjeux du futur quinquennat et au-delà. Je propose ainsi une analyse du long questionnaire de 25 questions qui leur a été soumis et qui aborde tous les sujets majeurs, que les Français ont classés selon leur ordre de priorité : la sécurité, l'économie, la santé, l'environnement, l'éducation, la gouvernance politique, l'identité française et les médias.

FP : Votre livre peut-il se lire comme une réponse aux questions posées par la révolte des Gilets jaunes ?

BL : Il est indéniable que ce quinquennat a été secoué par de nombreuses crises et la crise populaire des Gilets jaunes a été sans doute le fait politique le plus marquant des cinq ans de l’ère macronienne. En ouverture de mon livre, j’adresse d'ailleurs ma dédicace « à la France du 17 novembre 2018 ». La crise des Gilets jaunes a révélé l'aggravation insupportable des fractures socio-économiques et des inégalités dans un pays puissamment attaché à la...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Publié le 10 mars 2022
commentaireCommenter