International
Tribune
Préserver les relations scientifiques avec la Russie Abonnés

TRIBUNE. À la faveur du conflit russo-ukrainien, la coopération scientifique avec la Russie a durement pâti du refroidissement des relations diplomatiques. Un état de faits qui inquiète, et qui a poussé de nombreux chercheurs et scientifiques, parmi lesquels notre contributeur Jacques Sapir, à signer les présents appels.

Préserver les relations scientifiques avec la Russie


La situation engendrée par la guerre entre la Russie et l’Ukraine est devenue aujourd’hui extrêmement grave. Au-delà de la tragédie de la guerre, la montée dans des sociétés « en paix » de mentalités incapables de dialogue et d’écoute des avis divergents pose un problème réel. Une hystérie semble s’être emparée des esprits en France et en Europe, qui aboutit aujourd’hui à des mesures qui auraient été inimaginables même lors du temps de la Guerre froide. La menace d’une rupture des relations scientifiques et culturelles plane désormais. Une telle rupture aurait des conséquences catastrophiques et relève, en réalité, d’une logique de guerre. Elle impliquerait un repli de chacun dans des domaines ou, au contraire, les contacts et les échanges sont absolument nécessaires. De ce point de vue, la décision du CNRS [1] de suspendre les opérations communes avec les scientifiques russes apparait comme une décision irresponsable et profondément nocive. Cette décision risque d’avoir des conséquences de long terme sur la recherche mais aussi de briser les relations d’estime et de confiance qui avaient pu être tissées depuis des décennies.

Il va sans dire que ces contacts et échanges n’impliquent aucune adhésion aux points de vue des uns et des autres. Nous pouvons, en tant que citoyens, condamner tel ou tel gouvernement, telle ou telle politique. Mais, nous devons aussi tout faire pour maintenir le dialogue et éviter que culture et science ne soient embarqués dans une spirale de manipulations politiciennes.

C’est pourquoi, avec quelques collègues, scientifiques mais aussi ayant eu des responsabilités institutionnelles, nous lançons l’appel suivant :

Appel au maintien des relations scientifiques entre la France et la Russie


« Jamais, depuis des décennies, la tension n’avait été aussi grande entre la France et la Russie. La responsabilité ultime en revient clairement à l’agression russe contre l’Ukraine.

Cette tension,...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter