Nation
Histoire de France
Quand Jacques Attali réécrit l’histoire de France pour défendre l’Ukraine Abonnés

ARTICLE. Selon Jacques Attali, la France de 1940 a pêché par manque de pugnacité et d’esprit de résistance face à l’invasion nazie, contrairement aux Ukrainiens de 2022 qu’il encense. Histoire de France récrite, honneur des morts français sali… L’ex-éminence grise de Mitterrand ne recule devant aucune ignominie pour appeler à la création d’une « véritable armée européenne ».

Quand Jacques Attali réécrit l’histoire de France pour défendre l’Ukraine


Jacques Attali fait-il du révisionnisme ? La question se pose, après la publication par l’ancien conseiller de François Mitterrand d’un article intitulé « Et si la France de 1940 avait été l’Ukraine d’aujourd’hui ? », publié sur son site internet le 9 mars. Dans cet article, le socialiste s’essaie à l’uchronie (et non pas, comme il l’écrit, à la « dystopie ») : selon lui, si la France avait été « aussi bien préparée au combat », militairement et moralement, que l’Ukraine d’aujourd’hui face à Poutine, nous aurions alors « sans doute évité la défaite » ainsi que la « collaboration et le déshonneur ». Des déclarations historiquement mensongères, qui constituent en outre une grave atteinte à l’honneur des soldats et résistants français morts durant la Bataille de France.

« Strasbourg, Reims, Lille auraient résisté comme résistent aujourd’hui Kharviv, Marioupol et Kherson » si les Français n’avaient pas manqué de « fighting spirit » et de morale, avance encore l’intéressé. Des compétences « si bien maîtrisées » selon lui par les Ukrainiens et pas par les Français de 1940. Il en conclut qu’il n’aurait pas fallu réduire continuellement notre capacité de défense – l’inverse de ce qu’ont dit les socialistes qu’il a conseillé ces dernières décennies, objectera-t-on – et ajoute que nous devrions aussi « construire une véritable armée européenne, permettant de nous passer de nos alliés américains » . Et de créer un « service européen de défense » pour les jeunes Européens. La naïveté mitterrandienne à l’état pur ?

« [Il] serait vital d’avoir, comme les Ukrainiens aujourd’hui, une véritable envie de nous battre, de résister ; il faudrait pour cela insuffler à tous les Européens, et en particulier aux Français, un rejet de la résignation, une horreur de la fuite, un dégoût de la lâcheté, une haine...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 11 mars 2022
commentaireCommenter