Europe
UE
« Souveraineté européenne » : les Français sont les plus sceptiques d’Europe Abonnés

ARTICLE. D’après un sondage publié le 9 mars par le think-tank pan-Européen European Council of Foreign Relations (ECFR), la France serait le pays le plus sceptique d’Europe quant à la « souveraineté européenne » chère à la Macronie.

« Souveraineté européenne » : les Français sont les plus sceptiques d’Europe


La « souveraineté européenne », un mirage globaliste qui ne parle pas aux Français ? Dans un de ses récents sondages, l’European Council of Foreign Relations (ECFR), qui se définit comme « le seul think-tank pan-Européen », estime qu’Emmanuel Macron a passé trop de temps à convaincre les partenaires européens du bien-fondé de l’idée de « souveraineté européenne », et pas assez à convaincre son propre peuple. La question posée aux sondés était : « Quel est votre avis, positif ou négatif, sur la souveraineté européenne ? » et les résultats ont été donnés en pourcentages. L’étude a été menée en ligne ou par téléphone entre janvier et février par six instituts de sondage dans douze pays européens (Allemagne, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Suède) sur un échantillon représentatif de 15 113 personnes, dont 3019 en France.

Pour la plupart des européens, la « souveraineté européenne » est plus positive que négative

la France serait ainsi le plus hostile des pays sondés à l’idée de « souveraineté européenne » avec 34 % des sondés jugeant cette idée négativement, et seulement 18 % la jugeant positivement, soit près de deux fois moins. Seuls deux autres pays européens jugent plus négativement que positivement l’idée d’une « souveraineté européenne » : il s’agit de l’Italie, avec 20 % d’avis positifs et 29 % d’avis négatifs, et de la Grèce, avec 20 % d’avis positifs et 28 % d’avis négatifs. La crise de la dette grecque, encore fraîche dans les mémoires, et la présence de mouvements politiques eurosceptiques actifs en France et en Italie peuvent contribuer à expliquer ces résultats. Toutefois, il faut noter que les sondés « indifférents » restent les plus nombreux et les plus volatiles électoralement, preuve que le nouvel élément de langage cher à...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Publié le 17 mars 2022
commentaireCommenter