Nation
Présidentielle
Pierre-Yves Rougeyron : « Emmanuel Macron a épousé les peurs de la classe âgée et bourgeoise » Abonnés

ENTRETIEN. Juriste de formation, Pierre-Yves Rougeyron est analyste politique. Président du Cercle Aristote, il est une voix écoutée dans les milieux souverainistes. Nous l’avons interrogé sur le premier tour de l’élection présidentielle.

Pierre-Yves Rougeyron : « Emmanuel Macron a épousé les peurs de la classe âgée et bourgeoise »


Front populaire : Suite à ce premier tour, beaucoup d’analyses se superposent. Toutefois, quel est selon vous l’élément fondamental à relever de ce scrutin ?

Pierre-Yves Rougeyron : Un élément bien connu des politologues : la peur renforce toujours le pouvoir en place. Après avoir épousé les peurs de la classe âgée et bourgeoise, Emmanuel Macron a essayé les peurs respectives des différents électorats (apocalypse écologique, immigration, déclassement social, dette…). Cela n'a pas marché et a même été contreproductif. Il a délaissé les abstentionnistes (d'où l'augmentation de leur nombre par rapport à 2017, ce qui est un vrai signal) pour draguer le « boomer » sans aucun succès. Pour lui, nous avons retiré les sujets sérieux de la table et nous en avons fait des tonnes sur la responsabilité civilisationnelle pour parler à une génération de votants âgés qui n'ont que faire de la civilisation en question et qui ont du reste bâti une partie de leur vie sur le déclassement civilisationnel de la France.


FP : Le plus souverainiste des candidats - Dupont-Aignan (rallié par Philippot et Gallois) -, fait 2,1%. Loin, très loin du trio de tête. Quelles conclusions faut-il en tirer ?

PYR : Déjà, le vote utile a joué dans l'électorat souverainiste. Je vous rappelle qu’une large majorité des électeurs RN et Reconquête! sont pour les sorties de l'UE comme de l'euro. Plusieurs études sont sorties pendant la campagne à ce sujet. Les états-majors ont essayé d'européaniser leurs programmes, sans effets pour le RN, et avec...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter