Analyses
Gilets jaunes
Fabrice Grimal : « Faute d’une candidature transversale, les bonnes idées restent esclaves de préjugés idéologiques » Abonnés

ENTRETIEN. Fabrice Grimal est une figure emblématique des Gilets jaunes. Entrepreneur diplômé de l’ESSEC, révolutionnaire frexiteur, il est l’auteur de l’ouvrage Une année en jaune(éd. Perspectives libres). Nous l’avons interrogé sur cette histoire sociale à laquelle il a pris part aux premières loges.

Fabrice Grimal : « Faute d’une candidature transversale, les bonnes idées restent esclaves de préjugés idéologiques »


Front Populaire : Dans votre livre, on découvre de l’intérieur le mouvement des Gilets jaunes, presque les coulisses de l’histoire. Tout d’abord, qu’espérez-vous en racontant cette histoire ?

Fabrice Grimal : Les médias sont très forts pour raconter l’histoire des autres, mais on n’est jamais mieux servi que par soi-même ! Les Gilets jaunes en particulier, eux qui ont été caricaturés et dénigrés alors que l’on parle tout de même du plus formidable mouvement populaire depuis au moins Mai-68. Je m’y suis lancé dès le départ, dans la foulée de mon premier livre qui annonçait justement le soulèvement de la France périphérique et de tous les oubliés de la mondialisation pour le pouvoir d’achat et la démocratie. Une fois fondu dans la foule, j’ai tout naturellement commencé à prendre des notes, puis décidé quelques temps plus tard qu’elles seraient la matière d’un journal. J’avais la sensation qu’il n’y aurait pas tant de témoignages écrits que ça de cette grande aventure, ce qui s’est confirmé par la suite. Raison de plus pour publier celui-ci, dire les choses au plus près des événements et mettre en avant ces personnalités parfois publiques – mais le plus souvent inconnues – qui ont contribué à façonner ce mouvement. L’ouvrage fait vivre ou revivre au lecteur les grands actes dans la rue, en même temps qu’il raconte dans le détail les démarches d’organisation interne, au moins pour ce qui concerne la vitrine parisienne.


FP : En quoi le mouvement des Gilets jaunes était-il selon vous, plus que tout autre mouvement populaire récent, représentatif du peuple français ?

FG : Si l’on se contente d’une définition arithmétique de la représentativité, la réponse va de soi. Des hommes et des femmes en proportion presque égale, des travailleurs de tous les départements (Outre-Mer compris) et de toutes les conditions,...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter