Menu
europe
Frexit
La France doit se libérer de l’UE par le Frexit et adopter une Entente cordiale avec le Royaume-Uni

Sans aller bien évidemment jusqu’à une fusion entre les deux gouvernements et aussi improbable que cela puisse paraître avec l’ultra-européiste Emmanuel Macron, nous pensons que la France devrait dire adieu à Bruxelles et préférer une nouvelle Entente cordiale avec notre meilleur ennemi outre-Manche. Les arguments allant dans ce sens ne manquent pas.

La France doit se libérer de l’UE par le Frexit et adopter une Entente cordiale avec le Royaume-Uni
Charles-Henri GALLOISCadre de l'UPRAlexandra PHILLIPS"Croisée" du Brexit
Publié le 22 juin 2020

Profitez de notre offre spéciale jusqu'au 31/07/2020

Un an d'abonnement 
papier + site 
54€ au lieu de 89€

soit une économie de 39%


Nous venons de célébrer les 80 ans de l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle. Rappelons un fait historique peu connu. Le 16 juin, Winston Churchill, en lien avec Charles de Gaulle mandaté à Londres, proposa à Paul Reynaud une alliance totale entre la France et le Royaume-Uni. Il s’agissait d’une fusion totale entre les deux gouvernements qui aurait empêché de signer une paix séparée avec l’Allemagne. Malheureusement, quand le général arriva à Bordeaux le 16 juin au soir, Paul Reynaud s’était démis de ses fonctions au profit de Philippe Pétain.

Sans aller bien évidemment jusqu’à une fusion entre les deux gouvernements et aussi improbable que cela puisse paraître avec l’ultra-européiste Emmanuel Macron, nous pensons que la France devrait dire adieu à Bruxelles et préférer une nouvelle Entente cordiale avec notre meilleur ennemi outre-Manche. Les arguments allant dans ce sens ne manquent pas.

La France est pour le Royaume-Uni son voisin le plus proche après l’Irlande. Les négociations de sortie du Royaume-Uni de l’UE ont mis en lumière la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, mais il n’y a que 42 kilomètres qui séparent Calais et Douvres.

La France échange avec le Royaume-Uni pour près de 34 milliards d’euros (2019). Le Royaume-Uni est le 6e client de la France, et son 7e fournisseur. La France reste quant à elle le 5e fournisseur du Royaume-Uni. La France a un excédent commercial de 12,5 milliards d’euros (2019) avec le Royaume-Uni et c’est l’un de ses rares partenaires avec lequel elle jouit d’un fort excédent. Les principaux échanges sont dans l’aéronautique et les engins spatiaux. Ce n’est pas une surprise quand on connaît la connexion historique des deux nations dans le domaine. Avant même l’émergence d’Airbus dans les années 1970, la recherche commune avait commencé dans les années 1950 avec la construction du bijou technologique d’avant-garde qu’était le Concorde. Les vols étaient opérés à la fois par Air France et British Airways. La France exporte aussi largement au Royaume-Uni son expertise nucléaire via EDF, comme on peut le voir avec la construction de la centrale de Hinkley Point, dont le réacteur est fabriqué par Areva. L’industrie française du luxe et de la mode sont aussi omniprésents outre-Manche. Il en est de même pour les vins et spiritueux.

La France y a aussi un pied à terre concernant l’industrie ferroviaire. La compagnie Keolis possède désormais 90 % des services, notamment le Gatwick Express, le Great Northern Rail, le Southeastern Railway et le Southern Railway, Thameslink, et même le transport du Pays de Galles. Le Second Severn Crossing, l’un des principaux ponts du Royaume-Uni, comprend aussi Vinci parmi les actionnaires.

Fait moins connu, même dans la NHS, l’équivalent de notre Sécurité sociale, l’entreprise Stenia gère une grande partie de la banche administrative et Sodexo s’occupe par exemple de la restauration et du nettoyage des hôpitaux.

Le principal marché d’exportation pour le champagne français est le Royaume-Uni avec près de 26 millions de bouteilles par an. C’est 3 millions de plus que le second marché d’exportation (les États-Unis). Les Français et les Britanniques sont de loin les premiers consommateurs de champagne au monde. 60 % de la consommation mondiale de champagne est faite en France et au Royaume-Uni.

Dans l’agriculture, secteur délaissé outre-Manche, la France exporte près de 5,4 milliards d’euros par an.

Les Britanniques sont très attachés aux productions françaises et en sont de fidèles consommateurs.

Au-delà de la seule relation bilatérale, la « route » entre Douvres et Calais est le point de passage principal de tout le commerce de l’Union européenne avec le Royaume-Uni. Toute cette relation est actuellement mise à mal par l’entêtement de la Commission européenne de vouloir punir le Royaume-Uni plutôt que de construire une relation équilibrée et souveraine entre voisins. Dans ce contexte, il n’est pas exclu que le Royaume-Uni se tourne entièrement vers le Commonwealth et délaisse les productions venant de l’UE.

Sur le modèle de l’accord du Touquet de 2003 pour ce qui concerne le contrôle aux frontières, la France libérée de l’UE pourrait établir une relation spéciale avec le Royaume-Uni pour empêcher les dommages collatéraux que subiraient ses producteurs. Il y a déjà d’importants détaillants, comme la chaîne de pubs Wetherspoons, qui ont commencé à remplacer des produits venant de l’UE par ceux venant de pays tiers avec lesquels le Royaume-Uni a déjà négocié des accords.

La France est à la croisée des chemins. Rester dans l’UE moribonde, avec un euro qui la pénalise, et payer des sommes considérables avec le Brexit et les plans de relance du covid-19 mis en place par l’Union européenne pour résoudre les crises de la dette à venir en Italie et en Espagne. Ou redevenir une nation libre, souveraine et indépendante qui pratiquera la coopération internationale avec ses voisins, en particulier le Royaume-Uni dans le cadre d’une nouvelle Entente cordiale. Le plan de relance de 750 milliards d’euros revient pour la France à garantir pour 250 milliards d’euros de prêts sans en voir la couleur et à donner 61 milliards d’euros en pure perte aux autres pays, puisque, sur les subventions de 500 milliards d’euros, la France en paiera 100 pour n’en recevoir que 39. Le tout sans avoir la libre utilisation du peu de fonds qu’elle recevra. Pire, il y a des contreparties de réformes de politiques économiques et sociales. Cela veut donc dire de nouvelles réformes de casse sociale, comme celle des retraites qui pointe à l’horizon. Vous avez dit arnaque ?

Il y aura bien sûr la problématique de la pêche entre les deux pays, mais un accord intelligent peut être trouvé. La France a la deuxième zone exclusive la plus étendue du monde, avec plus de 10 millions de kilomètres carrés grâce à ses départements et territoires d’outre-mer, juste derrière celle des États-Unis. Cette zone maritime couvre tous les océans de la planète. Le Royaume-Uni est la huitième zone avec près de 7 millions de kilomètres carrés. Un accord peut être trouvé avec le Royaume-Uni, qui laisserait un accès à la France dans ses eaux territoriales pour la pêche, et la France, qui pourrait laisser un accès au Royaume-Uni dans une partie de sa zone économique exclusive. Cette dimension maritime des deux pays montre d’ailleurs que ces deux puissances sont connectées au monde entier et non pas uniquement au continent européen.

Dans l’Antarctique, les deux pays sont engagés et y ont des intérêts. Ils auront un rôle à jouer ensemble dans la souveraineté sur ce territoire. Ils peuvent peser ensemble pour éviter les tentatives d’appropriation qui ne manqueront pas de se faire de plus en plus présentes avec le réchauffement climatique. Ils peuvent défendre la dimension scientifique de cette terre plutôt que la prédation.

N’oublions pas non plus que, si l’on met de côté la Russie, la France et le Royaume-Uni sont de loin les principales puissances militaires d’Europe. Les deux pays ont l’arme nucléaire et sont membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Les deux pays peuvent défendre ensemble des positions communes différentes de celles de Washington, de Pékin ou de Moscou. Avec un autre Premier ministre que Tony Blair, le Royaume-Uni et la France auraient pu adopter une position commune contre la mauvaise guerre en Irak. Ces deux nations ont combattu côte à côte pendant les deux dernières guerres mondiales. La France a été le grand vainqueur de la Première Guerre mondiale, et le Royaume-Uni a été le seul à résister à Hitler pendant l’intégralité de la Seconde Guerre mondiale. C’est ce même Royaume-Uni qui a accueilli et aidé la France libre de Charles de Gaulle. C’est tout de même autre chose que le faux couple franco-allemand.

Notre position n’est bien entendu pas supranationale. Une nouvelle Entente cordiale ne veut pas dire que la France et le Royaume-Uni devraient avoir une position commune sur tous les sujets, mais que, quand nous sommes d’accord et avons les mêmes intérêts, nos deux grands pays peuvent peser ensemble. C’est en fait la grande différence entre la coopération internationale entre nations libres et souveraines et la supranationalité antidémocratique de Bruxelles.

Avec un idéologue européiste tel qu’Emmanuel Macron, il n’y a malheureusement que peu de chances que cela arrive. Néanmoins, l’euroscepticisme grimpe en France et partout en Europe avec la crise de covid-19 qui a montré toute la nocivité de l’Union européenne. Le coût des plans de relance prévus ouvrira peut-être les yeux des Français sur l’absurdité de continuer dans la prison bruxelloise. Nous déplorons pour nos deux pays que la position très dure d’Emmanuel Macron pendant les négociations de l’accord de sortie aille contre les intérêts nationaux de la France. Il a agi comme une secte qui veut punir le membre qui souhaite reprendre sa liberté. La France est pourtant le pays de l’UE qui a le plus intérêt à garder une relation étroite et cordiale avec le Royaume-Uni. Nous espérons qu’il en sera ainsi dans un futur proche.

0 commentaireCommenter